PLACEZ MIEUX VOTRE ARGENT

Comment investir au Japon en 2020

investir au japon

Investir au Japon est une bonne idée, certainement en période de crise.

Les actions japonaises offrent un rendement intéressant tout en présentant une faible volatilité grâce au rôle de valeur refuge du yen.

En période de crise, la devise nippone s’apprécie car les investisseurs japonais rapatrient leur argent dans l’archipel.

Le Japon n’a pu échapper au coronavirus, mais il dispose de suffisamment d’atouts pour attirer les investisseurs. Son marché des actions est tentant et l’offre en fonds intéressante.

Pour l’investisseur, les actifs japonais méritent une place privilégiée dans un portefeuille diversifié.

Au Japon, le capitaine change, pas le cap

Avant de poursuivre, je vous conseille tout d’abord de bien comprendre tous les tenants et aboutissements d’un bon placement en vous procurant cette formation que je vous offre gratuitement: cliquez ici.

Shinzo Abe a annoncé le 28 août 2020 sa démission pour raison de santé.

Lors de ses huit années à la tête du Japon, Abe a mis en œuvre une politique inédite qui a sorti le pays du marasme.

Son successeur marchera sur ses pas. Vous povez profier de cette continuité pour investir au Japon.

Une stabilité politique retrouvée

Sa longévité exceptionnelle comme Premier Ministre (près de huit ans) a permis à Shinzo Abe d’inscrire son action sur le long terme.

Solidement installé à la tête du Japon et jouissant d’une forte popularité, il a pu mener une politique en dehors des sentiers battus qu’on a appelée ‘Abenomics’.

Shinzo Abe a d’abord forcé la main aux autorités monétaires pour qu’elles affaiblissent le yen et rendent le crédit bon marché.

Avec des taux d’intérêt à 10 ans proches de zéro, Shinzo Abe a pu mener une politique budgétaire très souple.

L’explosion des dépenses publiques n’a que très partiellement été compensée par deux hausses de la TVA.

Le Premier ministre a enfin entrepris certaines réformes notamment pour redynamiser un marché du travail en pénurie de main d’œuvre.

Un bilan contrasté pour investir au Japon

Le principal reproche que l’on peut faire à la politique de Shinzo Abe est la frilosité des réformes.

Fondamentalement, la structure de l’économie japonaise ne s’est pas beaucoup améliorée.

Aucune politique n’a ainsi pu enrailler le rapide déclin démographique.

Si rien ne change, le pays perdra le tiers de ses habitants d’ici 40 ans.

Le gouvernement Abe a néanmoins discrètement ouvert les portes de l’immigration, malgré l’hostilité de la population.

Certaines politiques ont aussi favorisé le travail des femmes, auparavant très peu insérées dans le marché du travail.

Au niveau budgétaire, la promesse d’un assainissement des finances publiques n’a pas été tenue.

La dette publique est à un niveau record de 240% du PIB.

Mais cela ne pose aucun problème grâce à la politique monétaire.

Cette dernière est la plus grande réussite des années Abe.

En plus de financer sans peine la dette publique, la baisse des taux a provoqué une salutaire dépréciation du yen, ce qui a redynamisé le secteur exportateur et sorti l’économie de sa léthargie.

La multiplication des plans de relance et des investissements massifs dans les infrastructures ont aussi contribué à sortir le pays de l’ornière conjoncturelle.

Retour du Japon sur la carte du monde

Redorer l’image du pays est l’autre grande victoire de Shinzo Abe.

Avant son arrivée au pouvoir, le Japon était perçu comme un ancien champion économique qui n’arrivait pas à se remettre de l’éclatement de la bulle financière de la fin des années 80.

Déflation, récession et instabilité politique ont fini par ternir l’image du pays auprès des investisseurs qui désiraient investir au Japon.

Heureusement, cela a changé. 

À la suite de l’assouplissement monétaire qui a mis fin au marasme financier, la valeur de la Bourse de Tokyo a doublé entre 2012 et 2015.

Et ces dernières années investir au Japon se justifie tout à fait, car l’évolution du marché boursier japonais continue de tenir la comparaison avec les places boursières de la plupart des autres pays développés.

Mis à part le vieillissement de sa population et ses lacunes macro-économiques, le Japon recèle de réelles opportunités pour celui qui désire investir au Japon.

Les entreprises japonaises sont bien positionnées dans l’Asie émergente en forte croissance.

Elles sont aussi parmi les meilleures au monde au niveau de la qualité des produits, de la technologie et de la productivité des travailleurs.

Elles sont enfin bien positionnées dans de nombreux secteurs à haut potentiel comme la robotique.

L’économie japonaise a toutefois un problème de demande domestique à cause de son déclin démographique et son économie est très dépendante du commerce international.

« Le Premier ministre japonais Abe est remplacé par son bras droit Yoshihide Suga« 

Pas de surprise au Japon

Le Premier ministre Shinzo Abe est remplacé par le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, 71 ans.

Il a remporté l’élection du président du parti démocrate-libéral au pouvoir, LDP, à une nette majorité.

Le nouveau Premier ministre devrait principalement poursuivre la politique de son prédécesseur.

Est-il un gardien ou juste une figure de transition?

Lorsque l’emblématique Shinzo Abe a annoncé le mois dernier qu’il démissionnerait de son poste de Premier Ministre japonais pour des raisons de santé, cela a frappé comme une bombe. Il a été le leader incontesté du Japon et le plus haut dirigeant de son parti libéral-démocrate LDP pendant près de huit ans. Un successeur n’était pas immédiatement prêt.

Le secrétaire du cabinet Yoshihide Suga était certes le bras droit du Premier ministre Abe. Et il était également connu à l’échelle nationale, en tant que porte-parole du gouvernement.

Mais Suga, 71 ans, a toujours insisté sur le fait qu’il ne voulait pas devenir lui-même Premier Ministre.

Cela a soudainement changé quand Abe a annoncé son départ.

Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense se sont également présentés comme candidats à la tête du parti – et plus tard du pays.

Une élection interne au sein du LDP devait régler la question.

Le secrétaire du Cabinet Suga l’a fait avec facilité.

Il a reçu 377 voix, les deux ministres réunis seulement 157.

Cela fait de Yoshihide Suga le chef officiel du parti du LDP, mais pas encore le Premier ministre.

Mais parce que le LDP a une majorité absolue avec un partenaire de coalition, et que la majorité de ceux qui ont le droit de voter à l’élection présidentielle viennent d’être les députés … IL sera donc le Premier Ministre Suga.

Qui est ce nouveau premier ministre?

Quand vous voulez investir au Japon, il est primordial de connaitre quel sera l’orientation future du pays.

Que peut-on maintenant attendre du nouveau Premier ministre?

Tout d’abord: la continuité.

Suga a gagné la confiance des dirigeants du parti grâce à sa déclaration ‘qu’il veut poursuivre la politique de son prédécesseur Abe’.

Il considère la lutte contre l’épidémie corona et la reprise de l’économie durement touchée comme des priorités.

À 71 ans, le nouvel homme fort n’est pas exactement un jeune, il a même six ans de plus que son prédécesseur Abe.

La question est donc de savoir s’il est la bonne personne à long terme.

Les critiques accusent également Suga de ne pas avoir sa propre vision.

Il apprécie la célébrité. On le voit apparaître régulièrement à la télévision pour expliquer les décisions du gouvernement.

Il a formé un trio avec le Premier ministre Abe et le député pendant huit ans. Puisqu’il était le bras droit du premier ministre Abe, il semble qu’il continuera effectivement la politique comme d’habitude.

Mais cela signifie-t-il que Yoshihide Suga est l’avenir politique à long terme du Japon?

Normalement, il y aura de nouvelles élections présidentielles au LDP dans un an. 

Il faudra donc attendre septembre 2021 pour voir s’il conserve suffisamment de confiance pour l’avenir.

En principe, il y aura également de nouvelles élections générales au Japon  en octobre 2021., mais cela pourrait être avancé.

Si vous désirez investir au Japon, c’est donc une affaire à suivre.

« Investir au Japon vous mettra en première ligne pour tirer parti du redémarrage de l’économie mondiale. »

Le Japon n’a pas échappé à la crise du coronavirus

investir au Japon

Le Japon est un des premiers pays, après la Chine, à avoir été touché par le coronavirus.

C’était fin janvier 2020. Le nombre des contaminations y a progressé rapidement pour atteindre un pic à la mi-avril. Début mai, le nombre des contaminations y était retombé à moins de 100 par jour et début juin à moins de 50 par jour.

Hélas, début juillet, les contaminations sont reparties à la hausse pour atteindre à la fin du mois le niveau sinistre de plus d’un millier par jour.

Les régions les plus touchées sont les périphéries des grandes villes comme Tokyo, Osaka, Nagoya, Fukuoka et Yokohama.

Fin août, le Japon comptait 62.500 personnes contaminées pour une population de 126 millions d’habitants. Le nombre des décès a été établi à 1.181.

Les mesures prises par les autorités sont fort semblables à celles prises chez nous, à une différence près: au Japon, la distanciation sociale est de 2 m.

 

Au terme du 1er semestre 2020, son produit intérieur brut (PIB = somme des richesses produites par une économie sur un an) a baissé de 9,9%.

Il y a à cela deux explications.

Le Japonais moyen a payé de sa personne (la consommation a chuté de 9,6%) et les exportations ont énormément souffert (-23,3%).

Mais l’économie japonaise est suffisamment bien armée pour résister.

Mieux encore, investir au Japon vous mettra en première ligne pour tirer parti du redémarrage de l’économie mondiale, quand il surviendra.

Nous l’avons vu, la démission du premier ministre Shinzo Abe pour raisons de santé ne sera pas un frein. Son successeur attendu et fidèle bras droit depuis huit ans, Yoshihide Suga, a déjà annoncé qu’il poursuivra la même politique.

Voici donc ce qui me pousse à vous conseiller d’ investir au Japon

1- Le Japon est le pays de l’innovation

À l’exception de la Corée du Sud, aucun pays n’investit autant en recherche et développement par rapport à son PIB.

La robotisation et l’automatisation sont des mots clés dans ce pays où il y a quasiment plein emploi et où la population est relativement âgée.

Sur le plan économique, tout indique que le Japon va poursuivre sur les voies de la modernisation des processus de production et de la croissance de la productivité.

Ces facteurs devraient rendre les entreprises japonaises plus compétitives (encore), soutenir leurs bénéfices futurs et renforcer toujours plus le succès du ‘Made in Japan’.

2- La culture d’entreprise propre au Japon s’affirme sans cesse davantage

Des pas de géant ont été accomplis dans le domaine de la bonne gouvernance.

L’ex-Premier ministre Abe en avait fait un des thèmes centraux de sa politique.

Il y a aujourd’hui dans les entreprises japonaises plus d’administrateurs indépendants que jamais, les nominations politiques se raréfient, la corruption fait l’objet de poursuites comme jamais, l’accent est mis sans cesse davantage sur la productivité et la création de valeur pour les actionnaires (allo, les amateurs de dividendes ?), etc.

Pour rappel, dans les années 80 et 90, la rentabilité des entreprises japonaises était nettement inférieure à celle des entreprises américaines et européennes.

Hélas pour nous ce passé est révolu, mais ceux qui vont investir au Japon peuvent en tirer parti.

3- La banque centrale japonaise (BoJ) achète massivement des actions

Elle opère via des ETF-trackers : 58 milliards de yens ont ainsi été investis en Bourse de Tokyo depuis le début de 2020, si bien que la BoJ détient à ce jour plus de 5% des actions japonaises.

Elle achète encore, moins qu’avant toutefois, mais ces achats sont compensés par le regain de fièvre acheteuse qui a saisi les fonds de pension privés japonais, lesquels, étonnamment, avaient sous-investi en actions japonaises.

Tout cela constitue d’importants matelas de sécurité pour investir au Japon.

4- Les actions japonaises sont sous-évaluées

Leur prix moyen correspond à 1,2 fois leur valeur comptable (en Europe c’est 1,7 fois et aux Etats-Unis 3,9 fois) et à 16 fois leur bénéfice futur (la moyenne mondiale est de 21 fois).

Investir au Japon est donc intéressant car la Bourse de Tokyo une des plateformes boursières les moins chères du clan occidental.

Sans compter que comme en témoignent leurs bilans les sociétés japonaises disposent ensemble de l’équivalent de quelque 4 300 milliards d’euros en cash.

Elles ont donc de quoi voir venir.

5- Le yen, valeur refuge

Le comportement de la devise japonaise est un atout de plus pour investir au Japon via des actions cotées à Tokyo.

Le yen est considéré comme une valeur refuge lorsqu’il y a tempête sur les marchés financiers.

Cela tient au fait que le Japonais moyen, qui détient généralement beaucoup d’actifs étrangers, rapatrie massivement son avoir lorsque les marchés se dégradent et achète des yens pour investir en valeurs japonaises, des obligations surtout.

Cet afflux soutient la devise, la renforce même.

Cette hausse fait alors que les investisseurs professionnels comme les gestionnaires de ‘hedge funds’, qui sont vendeurs de yens et dont les positions sont ‘short’, doivent immédiatement changer leur fusil d’épaule pour compenser leurs pertes, ce qui augmente encore la demande à court terme en faveur du yen.

Conclusion: des opportunités à saisir pour investir au Japon

Le successeur attendu de Shinzo Abe est Yoshihide Suga, son fidèle bras droit depuis huit ans.

L’intéressé a déjà annoncé qu’il poursuivra la même politique.

Ce changement à la tête du Japon s’effectuera donc dans la continuité.

Je maintiens par conséquent mon avis positif pour investir au Japon.

1. Les actions japonaises offrent un rendement intéressant tout en présentant une faible volatilité grâce au rôle de valeur refuge du yen. 

En période de crise, la devise nippone s’apprécie car les investisseurs japonais rapatrient leur argent dans l’archipel. 

Dans ma formation Investir en temps de Corona, je vous dévoile un ETF de fonds d’actions japonaises qui a grimpé de 17% en 1 an!

2. Les obligations en yen sont de leur côté un investissement purement défensif qui réduit utilement le risque global d’un portefeuille en cette période de grande incertitude.

Elles ont en effet tendance à bien se comporter quand tout va mal.

Les épargnants aux profils défensif et neutre peuvent investir en obligations en yen.

Cet actif apporte une excellente diversification supplémentaire à tout portefeuille. 

Dans ma formation Investir en temps de Corona, je vous dévoile quel ETF de fonds d’obligations japonaises vous devriez acheter pour investir au Japon.

Investir au temps de Corona

NOUVEAU

Investir en temps de Corona
2ème édition

J'explore avec vous les scénarios possibles pour la crise qui se déroule actuellement, et je propose des solutions inédites d'investissement.

Vos commentaires

Seront refusés les commentaires anonymes, insultants, contenant du spam, de fausses adresses email, des liens vers des sites commerciaux ou n’ayant rien à voir avec le sujet. Restez poli et lisez l’article dans sa totalité avant de vous lancer dans des critiques qui le plus souvent sont rencontrées un peu loin.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

N°1 en Bourse & Finance (Boutique Kindle)

JE VOUS OFFRE
GRATUITEMENT
MON BEST-SELLER

C'EST ICI
close-link
fonds isr

NOUVEAU
Rapport Confidentiel
Les fonds ISR
(Fonds de Développement Durable)

 
DÉCOUVREZ VOTRE RAPPORT
close-image
immobilier.bien debuter

Recevez cette formation GRATUITE



You have Successfully Subscribed!

devenir riche vous aussi

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

Recevez cette formation GRATUITE

immobilier.bien debuter

You have Successfully Subscribed!

TROP DE TRAVAIL et PAS ASSEZ DE TEMPS?

Augmentez-votre-productivite

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

devenir riche vous aussi

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

TROP DE TRAVAIL et PAS ASSEZ DE TEMPS?

Augmentez-votre-productivite

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

VOUS DÉTESTEZ VOTRE PATRON?

Suivez cette formation GRATUITE pour apprendre comment créer votre propre travail
et ne plus avoir envie de vous suicider chaque lundi matin

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

VOUS DÉTESTEZ VOTRE PATRON?

Suivez cette formation GRATUITE pour apprendre comment créer votre propre travail
et ne plus avoir envie de vous suicider chaque lundi matin

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

Vos 10 questions les plus fréquentes sur la retraite

 

Vos 10 questions les plus fréquentes sur la retraite

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.