PLACEZ MIEUX VOTRE ARGENT

Investir en biens de consommation courante en 2020

Investir en biens de consommation

Les périodes de crise permettent aux secteurs défensifs (peu impactés par les conjonctures) coimme celui des biens de consommation courante de faire mieux que les cycliques ou que des titres dont le cours a fort grimpé ces dernières années. 

En effet, qu’on soit riche ou pas, il faut manger et boire tous les jours.

Il y a donc toujours un marché pour le secteur des aliments et des boissons, quelle que soit la conjoncture, et avec des revenus récurrents.

Ces sociétés vendent également des produits tels que du papier hygiénique, du dentifrice, du savon à lessive, des céréales pour petit-déjeuner et des pâtes.

Peu importe la gravité de l’économie, il est peu probable que quiconque arrête de se brosser les dents ou de laver ses vêtements.

Cela donne au secteur des biens de consommation courante un caractère défensif qui explique son succès quand la croissance économique fléchit. 

Vous pouvez mettre à profit des périodes recul relatif pour prendre position peu à peu sur certains titres que vous ne détenez pas encore.

Traverser les crises

En période de crise, les biens de consommation courante (alimentation, produits d’hygiène, d’entretien…) bénéficient normalement toujours de la même demande.

Les entreprises actives dans ces produits sont dès lors censées traverser les crises sans (trop de) casse.

Pour l’heure, la théorie se confirme-t-elle ?

Certes, depuis le début de cette année, l’évolution boursière des entreprises du secteur des biens de consommation est de -8,7%, contre -11,2% pour la moyenne mondiale des Bourses (cours + dividendes pour l’investisseur en euro).

Depuis début 2020, le rendement du compartiment des biens de consommation (gras, pour l’investisseur en euro) est meilleur que celui de la moyenne boursière mondiale (trait fin):

biens de consommation

Mais le monde est-il en train de changer? Quelle est la situation réelle des entreprises du secteur? Est-ce le moment d’y investir?

Inédit

Il faut bien manger et (se) laver!

La vérité semble résister à toute conjoncture.

Mais la crise actuelle, d’abord sanitaire avant d’être économique, est inédite.

Le confinement d’une grande partie de l’humanité, le télétravail et la fermeture des bars et restaurants, ont changé la donne.

Le secteur des biens de grande consommation a été forcé d’adapter son offre en temps réel.

biens de consommation

Avenir atypique des biens de consommation courante

 Les grands groupes mondiaux de l’alimentation (Coca-Cola, Unilever, Nestlé, Danone) ont d’abord dû affronter les effets du coronavirus en Chine (pays où ils ont prospéré ces dernières années!) puis ont subi le confinement occidental en mars 2020.

Les européens et surtout les américains ont d’abord fait des réserves.

Le chiffre d’affaires trimestriel de Danone a ainsi grimpé de 3,7%, celui de Nestlé de 4,3%.

Au-delà de ce stockage (ponctuel), ces groupes profiteront encore du fait que les gens mangeront moins à l’extérieur pour tout un temps.

Unilever, qui réalise 60% de son chiffre d’affaires dans les pays émergents (Chine, Inde..), où les gens étaient déjà affaiblis avant la crise et ont moins stocké, a tout juste stabilisé son activité. 

Pour les groupes très dépendants des ventes en dehors des domiciles (restaurants, bars), l’impact est négatif.

Ainsi, pour les premières semaines d’avril, Coca-Cola annonce une baisse de 25% de ses volumes vendus.

La plupart des groupes de biens de consommation prévoient un 2e  trimestre plus difficile que le premier et renoncent à tout objectif bénéficiaire pour l’ensemble de 2020 (à l’exception de Nestlé qui reste assez confiant).

Rentabilité sous tension

Proportionnellement, une bouteille de soda de 2 litres coûte moins qu’une de 20  cl.

Des clients consommant plus en format familial, et moins dans l’horeca, rapportent donc moins.

Coca-Cola en fait actuellement les frais, mais aussi Danone (avec sa division eaux).

Chez Unilever, les produits d’entretien s’en tirent bien mais c’est la division la plus petite et la moins rentable; certains produits de soins personnels non essentiels souffrent quant à eux du confinement, tout comme certains produits alimentaires (glaces…).

Et les lancements de nouveautés sont reportés (les clients privilégient ce qu’ils connaissent).

Enfin, les groupes de biens de consommation subissent des frais additionnels (logistiques, sanitaires, coût des matières premières…).

La plupart n’atteindront pas leur objectif d’amélioration de rentabilité (au moins cette année).

Ponctuel ou durable?

Même en cas de pandémie ou de récession, les individus ont besoin de produits de base : papier toilette, mouchoirs, produits d’entretien.

Récemment, la crainte de pénurie de certains consommateurs a dopé les ventes et forcé certaines entreprises à augmenter leur production.

Mais il trop tôt pour savoir si cette demande accrue est un changement durable de comportement des consommateurs, devenus plus prudents, ou n’est que temporaire.

De plus, en situation de crise, les consommateurs privilégient les produits meilleur marché, ce qui limite pour les entreprises la possibilité de faire croître les prix de vente et menace le succès des nouveautés.

Le contexte risque dès lors de devenir à l’avenir encore plus concurrentiel que jusqu’il y a peu.

Le monde d’après

Après la crise, le consommateur serat-il toujours demandeur, comme ces dernières années, de produits sains et de haut de gamme?

Pour Danone p.ex., l’acquisition (en 2016) de WhiteWave Foods (produits bio et d’origine végétale) aura-t-elle encore du sens?

Certes, on peut penser que la tendance s’amplifiera avec les enseignements de la crise sanitaire.

Mais par ailleurs, le consommateur bouscule ses habitudes (de basiques surgelés de Nestlé, jusqu’il y a peu en panne de croissance, font déjà leur retour…).

Par ailleurs, les prix élevés de produits plus sophistiqués résisteront-ils à la crise économique ?

La classe moyenne, censée accompagner leur essor, en aura-t-elle les moyens?

Les groupes de biens de consommation seront face à des choix difficiles.

Investir dans l’innovation, avec une incertitude quant à sa rentabilité ? Ou revenir à une production plus basique et renoncer à une partie de la croissance bénéficiaire espérée ?

Et pour l’investisseur?

Au 1er  trimestre, les résultats des groupes actifs dans les biens de grande consommation ont souffert de la crise sanitaire en Chine, puis bénéficié des stockages des clients européens et américains, puis souffert encore de la fermeture des bars et restaurants. 

Quant aux résultats du 2e  trimestre, ils risquent de souffrir davantage encore.

Certes, le secteur des biens de consommation n’est pas cyclique, ce qui est un atout pour l’investisseur dans l’environnement actuel.

En période de crise, la plupart des entreprises maintiennent normalement leur niveau de liquidités générées et de bénéfices et peuvent restituer de l’argent aux actionnaires (dividendes et rachats d’actions).

Les plus audacieuses en profitent même pour réaliser des acquisitions (sans craindre d’augmenter leur dette) et doper ainsi leur croissance.

Conclusion

Peu importe la gravité de l’économie, il est peu probable que quiconque arrête de manger, de se brosser les dents ou de laver ses vêtements.

Cela donne au secteur des biens de consommation courante un caractère défensif qui explique son succès quand la croissance économique fléchit.

Si vous désirez investir dans ce secteur, le fonds Lyxor STOXX E600 F&B (LU1834985845) est dans ce cas digne de votre intérêt.

Que vous optiez ou non pour un investissement en biens de consommation, il s’agit toujours d’une décision personnelle.

Si vous voulez investir, faites-le d’abord et avant tout en choisissant le ou les fonds qui conviennent à votre portefeuille, à votre profil de risque et à votre horizon temporel.

Les derniers épisodes rappellent néanmoins qu’un portefeuille doit être composé de façon raisonnée pour faire face à toutes les situations.

Je vous explique complètement ce qu’il faut faire dans ma nouvelle formation Comment constituer votre portefeuille boursier:

https://www.lucbrialy.com/e86q 

NOUVEAU

Comment constituer votre portefeuille boursier

La formation pour débutants que vous devez ABSOLUMENT suivre si vous ne savez pas par où commencer pour faire fructifier votre épargne.
Comment investir son argent en 2020?

Comment investir son argent en 2020?

Vous avez donc décidé de mettre enfin vos finances en ordre. Savoir comment investir son argent n’est pas aussi difficile que cela peut le paraître.

Que faire de mes actions Total en 2020?

Que faire de mes actions Total en 2020?

Les nombreux Français propriétaires des actions Total sont en souffrance. Elles accusent la plus forte baisse du CAC 40 dans la sillage du reflux du pétrole. Que faire?

Vos commentaires

Seront refusés les commentaires anonymes, insultants, contenant du spam, de fausses adresses email, des liens vers des sites commerciaux ou n’ayant rien à voir avec le sujet. Restez poli et lisez l’article dans sa totalité avant de vous lancer dans des critiques qui le plus souvent sont rencontrées un peu loin.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top des Ventes sur Amazon

Recevez ce livre
GRATUIT!

JE SOUSCRIS
close-link
immobilier.bien debuter

Recevez cette formation GRATUITE



You have Successfully Subscribed!

devenir riche vous aussi

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

Recevez cette formation GRATUITE

immobilier.bien debuter

You have Successfully Subscribed!

TROP DE TRAVAIL et PAS ASSEZ DE TEMPS?

Augmentez-votre-productivite

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

devenir riche vous aussi

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

TROP DE TRAVAIL et PAS ASSEZ DE TEMPS?

Augmentez-votre-productivite

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

VOUS DÉTESTEZ VOTRE PATRON?

Suivez cette formation GRATUITE pour apprendre comment créer votre propre travail
et ne plus avoir envie de vous suicider chaque lundi matin

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

VOUS DÉTESTEZ VOTRE PATRON?

Suivez cette formation GRATUITE pour apprendre comment créer votre propre travail
et ne plus avoir envie de vous suicider chaque lundi matin

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

Préparez votre retraite dès aujourd'hui

 

leçons retraite

Recevez cette formation GRATUITE



Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.