PLACEZ VOTRE ARGENT
Comment devriez-vous investir en bourse en 2018?
investir en bourse
Quelle stratégie adopter pour investir en bourse à l’aube de la nouvelle année qui se profile?
2017 s’est avérée une année positive pour investir en bourse. Sur les onze premiers mois de l’année, le marché mondial des actions a dégagé un rendement (progression des cours + dividendes) de 9%.

La nouvelle hausse des marchés boursiers a traduit l’accélération de la croissance économique dans le monde et le maintien de politiques monétaires très accommodantes de la part des grandes banques centrales. En d’autres termes, les banques centrales inondent les marchés d’argent frais et les taux obligataires restant très faibles, cet argent se dirige naturellement vers les actifs plus risqués qui offrent davantage de rendement, comme les actions. La demande étant importante, le cours de ces dernières grimpe.

Ces facteurs positifs ont relégué au second plan les risques qui auraient pu peser sur les Bourses comme la Corée du Nord, l’évolution de la politique sociale et économique aux Etats-Unis, le risque associé à la montée du populisme dans la zone euro ou encore les négociations sur le Brexit dont les progrès semblent difficiles à évaluer.

Vous pouvez creuser davantage ce sujet et devenir vous aussi un investisseur heureux en vous procurant ce livre que je vous offre gratuitement: cliquez ici.

La zone euro en forme

Avec un rendement de 16%, les actions de la zone euro n’ont pas à rougir de leurs performances. La zone euro connaît une croissance économique exceptionnelle au vu de ce qu’elle est normalement en mesure de réaliser.

Les investisseurs ont aussi été séduits par les niveaux de valorisation attractifs des actions au regard des bénéfices attendus des entreprises, dont la rentabilité s’améliore. Elles profitent immanquablement du renouveau de la demande locale et d’exportations plus dynamiques.

Aux Etats-Unis, toujours portés par une politique monétaire accommodante et de bons indicateurs économiques, les marchés affichent records sur records, permettant au S&P 500 (les 500 plus grandes entreprises américaines) d’engranger un rendement de 20%.

Le Nasdaq (indice à forte composante technologique) a quant à lui offert un rendement de 29%, grâce aux performances des actions Google, Amazon et autres Facebook. Pour l’investisseur européen, la hausse des indices américains a toutefois été tempérée par la baisse du dollar (-12% face à l’euro), ramenant le rendement du S&P 500 à 7% et celui du Nasdaq à 14%.

« L’investisseur expérimenté fera remarquer qu’investir en bourse ne se découpe pas en mois, en trimestres ni même en années, mais se conçoit sur des périodes bien plus longues »

Mon scénario pour investir en bourse en 2018

Selon le scénario le plus probable, l’année 2018 devrait s’inscrire dans la continuité de ce que nous avons connu en 2017. La croissance économique restera globalement forte et les banques centrales veilleront avant tout à ce que rien n’entrave cette croissance.

Sur le plan boursier, 2018 pourrait être toutefois plus chahutée que 2017. Après plusieurs années consécutives de hausse, certains investisseurs voudront prendre leurs bénéfices, ce qui pourra créer des trous d’air passagers. Et après avoir bien grimpé, les cours réagiront plus brutalement aussi à la moindre nouvelle décevante. Mais cela ne remet pas en cause la croissance attendue pour les actions à long terme. Il faudra même voir les baisses passagères comme des opportunités pour investir en bourse à meilleur compte.

Zone euro

Les échéances politiques de 2017 (élections aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, stabilité politique en Italie et en Espagne) qui avaient entraîné des reports d’investissements des entreprises et des décisions de consommation des ménages, se sont finalement mieux passées que l’on aurait pu le craindre.

Cela a évidemment dynamisé les marchés.

Après une croissance exceptionnelle en 2017, la zone euro devrait probablement connaître un léger ralentissement. Mais à 1,7% attendus, la croissance économique restera toujours élevée. Et puisque l’inflation devrait rester limitée à 1,4% en 2018, la Banque centrale européenne (BCE) disposera d’une bonne raison pour maintenir sa politique monétaire inchangée. Elle poursuivra donc son programme de rachats d’actifs au moins jusqu’en septembre et probablement au-delà, soutenant ainsi l’activité… et les prix des actifs financiers.

Etats-Unis

Avec un taux de chômage au plus bas et une croissance attendue en légère hausse (réforme fiscale, hausse des dépenses des ménages), la banque centrale américaine (la Fed) poursuivra la normalisation de sa politique monétaire: moins d’injections d’argent sur les marchés et hausse graduelle des taux d’intérêt. Si l’arrivée de Jerome Powell à la tête de la banque jette un doute sur le rythme exact de cet ajustement, il y a fort à parier que la Fed restera prudente et attentive aux indicateurs économiques ainsi qu’aux marchés nanciers.

La réforme fiscale a été votée fin 2017. Avec cette réforme, Trump peut réaliser (enfin!) une promesse plus d’un an après son élection à la présidence.

L’impôt sur les sociétés passe de 35% à 21% et l’argent stationné à l’étranger, jusqu’alors hors de portée des autorités fiscales américaines, peut être rapatrié une fois à des conditions attractives (15,5% en espèces, 8% en non-espèces).

Dès lors, plusieurs analystes spécialisés se sont mis à calculer:

  • La réduction d’impôt aurait un impact positif sur les résultats des sociétés membres du S&P 500 de 9,1% en moyenne.
  • Comme en 2004, le rapatriement des fonds étrangers entraînerait une forte augmentation des paiements de dividendes et l’achat d’actions propres.

Les conditions sont donc réunies pour continuer à investir en bourse aux Etats-Unis, d’autant plus que le dollar, en retrait de 12% cette année, est devenu meilleur marché. Compte tenu toutefois de la hausse déjà appréciable des actions américaines, je suis (un peu) plus prudent cette année.

Pays émergents

La lente normalisation des politiques monétaires en Occident devrait se traduire, nous l’avons vu, par une hausse graduelle des taux d’intérêt. Certains craignent du coup que les investisseurs rapatrient massivement l’argent qu’ils ont investi dans les pays émergents vers l’Occident, où les placements obligataires offriront de nouveau des rendements acceptables et ce, à moindre risque que dans les pays émergents. Les marchés boursiers émergents, et les devises, en souffriraient.

Ce risque me paraît toutefois limité car la demande forte dans les pays industrialisés soutiendra les cours des matières premières (que les pays émergents produisent en abondance) et leurs exportations.

Seuls les pays touchés par l’instabilité politique, ceux qui ne mettront pas de l’ordre dans leurs comptes publics et ceux qui sont trop dépendants des capitaux étrangers pour assurer leur financement pourraient souffrir.

L’Indonésie compte toujours parmi mes émergents préférés.

Le Royaume-Uni face au Brexit

L’impact négatif de la sortie annoncée du Royaume-Uni de l’Union européenne continuera à se ressentir sur la croissance en 2018, conséquence de l’incertitude que le Brexit génère auprès des entreprises et des consommateurs.

La position des négociateurs britanniques est lamentable, leur stratégie inexistante, et l’issue des négociations toujours aussi incertaine.

On peut espérer que l’impact du Brexit sur l’économie du pays devrait devenir neutre à partir de 2020.

Très internationales, les grandes entreprises devraient moins souffrir du ralentissement économique. La Bourse britannique demeure moins volatile que la zone euro. Les fonds d’actions qui y investissent peuvent représenter une partie de votre avoir si vous envisagez d’investir en bourse.

Taux: la fin d’une époque?

S’il ne fallait retenir qu’un élément, ce serait la nouvelle hausse des cours des actions américaines, laquelle a permis aux grands indices boursiers de battre records sur records.

A l’entame de 2017, je trouvais que ces actions se négociaient à des prix encore attractifs. La hausse en 2017 ne m’a donc pas surpris. Par contre, je suis plus étonné de l’ampleur de la hausse de certaines valeurs technologiques dont les valorisations atteignent maintenant des niveaux exagérés. Je n’exclus pas de voir ces valeurs baisser en 2018 en cas de mauvaises nouvelles.

En Europe, les taux devraient aussi progresser, mais à un rythme moins soutenu. Là aussi, ils sont encore beaucoup trop faibles que pour considérer de bloquer votre argent dans une obligation pendant plusieurs années.

Il est donc encore trop tôt pour revenir sur l’obligataire, certainement tant que les taux restent sur une pente ascendante. La remontée des taux longs de part et d’autre de l’Atlantique pèsera sur le cours des obligations. Restez à l’écart tant des obligations en euro que des obligations en dollar.

Et maintenant?

L’investisseur expérimenté fera remarquer qu’investir en bourse ne se découpe pas en mois, en trimestres, ni même en années, mais se conçoit sur des périodes plus longues.

Ceux qui me lisent régulièrement savent combien je souscris à cette remarque. Voilà pourquoi, alors que les comptes d’épargne ne rapportent quasiment plus rien et les assurance-vie traditionnelles en euros que la plupart des banques vous conseillent à peine un peu plus, je recommande de privilégier encore les actions l’an prochain. A condition bien sûr que leur place dans votre portefeuille réponde à votre tolérance au risque et à votre horizon de placement (plus vous avez du temps devant vous, plus vous pouvez prendre de risque).

Ma stratégie pour investir en bourse en 2018

Évitez encore et toujours d’acheter des actions ou des obligations individuelles! Ce qu’il faut éviter à tout prix quand on veut investir en bourse comme particulier, c’est de gérer un portefeuille diversifié qui demande trop de votre temps, nécessite un savoir-faire élaboré et suppose de disposer d’un capital important.

Du temps parce que certains portefeuilles doivent être suivis jour et nuit. Les marchés financiers fonctionnent en permanence, si bien que votre avoir peut perdre ou gagner de la valeur par rapport à hier, par rapport au mois passé, par rapport à l’an dernier. Du savoir-faire parce qu’il faut distinguer les actifs qu’il faut vendre (parce que leur potentiel est épuisé) de ceux qu’il faut acheter (parce qu’ils offrent un potentiel). Et bien sûr, pour constituer des portefeuilles constitués d’actions individuelles, il faut un capital suffisant, car les frais d’achats d’une bonne diversification sont alors très élevés.

Le pire, quand on veut investir en bourse, étant de mettre tous ses oeufs dans le même panier, il faut acheter suffisamment d’actions et/ou d’obligations différentes de manière à répartir le risque.

C’est à cela que servent les fonds de placement.

Ma stratégie d’achat de bons fonds de placement m’a permis depuis des dizaines d’années de rencontrer les exigences ‘temps’ et ‘savoir-faire’ sans problème. Mon portefeuille a toujours été constitué d’un à 5 fonds maximum, compte tenu de l’actualité, et des prévisions que l’on peut raisonnablement faire.

C’est sur cette base que je peux ensuite vous conseiller d’acheter ou de vendre, commentaires à l’appui, dans ma rubrique mon portefeuille.

Quant au capital, il faut bien réfléchir. Vous ne pouvez placer à long terme que de l’argent dont vous pouvez vous passer pendant une période relativement longue. Je considère dans ma stratégie qu’il faut compter pour ce faire avec un horizon d’au moins une quinzaine d’années, vingt ans étant encore mieux. Si vous voulez vous constituer un portefeuille petit à petit, vous pouvez bien sûr investir en bourse en plaçant chaque mois vos économies dans les même outils de placement.

Compte d’épargne

Pour rappel, le compte d’épargne sert uniquement à parquer de l’argent auprès de votre banque. C’est quasiment un parking payant puisque les taux d’intérêt sont au plus bas et que le coût de la vie (= inflation) augmente plus vite. Les taux du compte d’épargne sont variables. Votre banque peut les modifier à tout moment.

Un livret d’épargne ne doit avoir que 2 fonctions: votre épargne d’urgence et la préparation d’un achat.

Évitez à tout prix de laisser de l’argent sur un livret si ce n’est pas nécessaire: vos chères économies perdent chaque jour de leur valeur. Cela n’est pas une attitude responsable et sensée. Investissez plutôt cet argent dans des outils plus performants.

Vous l’aurez compris, le principal avantage du compte d’épargne est sa liquidité. L’argent qui s’y trouve est toujours disponible.

Les meilleurs comptes d’épargne sont ceux qui sont à la fois les plus sûrs et les plus rémunérateurs. Aujourd’hui il s’agit des comptes en ligne.

Dans la leçon 25 de ma formation Devenir Riche. Mode d’Emploi. je vous indique quel livret choisir et dans quelle banque.

Assurance-vie

L’assurance-vie offre classique en Euros que les banquiers proposent a encore toujours un rendement net légèrement supérieur à celui du compte d’épargne, peut être défiscalisée, et ce sans présenter trop de risque.  Elle a donc une place (modeste) dans votre portefeuille.

Compte tenu des frais et de la fiscalité, le rendement sera (d’autant) plus intéressant si vous placez votre argent sur un tel compte pendant plusieurs années. Si les meilleurs produits du marché devraient normalement donner des rendements compris entre 2 et 2,5% bruts, la performance moyenne des fonds en euros est en réalité malheureusement seulement de l’ordre de 1,95% cette année. Et les rendements nets sont évidement encore plus bas: ils restent donc en général particulièrement faméliques. Il faut en effet tenir compte des différents frais retirés par l’assureur et par la ponction fiscale. Ce n’est évidement pas la définition d’un bon placement. Ici aussi l’aversion du risque ses Français leur fait investir de façon peu rationnelle et responsable. 

Heureusement, voici la bonne nouvelle: il y a moyen de faire (beaucoup) mieux.

Des rendements en assurance-vie de l’ordre de 8 à 10% sont tout-à-fait réalistes si vous suivez ma stratégie. Dans la leçon 26 de ma formation Devenir Riche. Mode d’Emploi. je vous enseigne, pas à pas, quelle assurance choisir et dans quelle banque, et comment faire cela avec le moins de taxes possible.

Obligations

Je ne conseille toujours pas les obligations pour investir en bourse en ce moment. Du fait de la forte baisse des taux d’intérêt, les cours obligataires ont fortement grimpé ces dernières années. Hélas, on ne reverra plus de beaux rendements de sitôt. La probabilité la plus forte est que les taux obligataires reprennent lentement le chemin de la hausse, ce qui ne manquera pas de peser sur la valeur d’inventaire des fonds d’obligations.

Il est donc encore beaucoup trop tôt pour se tourner de nouveau vers les obligations. Mieux vaut en rester à l’écart. En Europe, la banque centrale s’emploiera à maintenir les taux d’intérêt à des niveaux beaucoup trop bas que pour immobiliser son argent sur plusieurs années.

Aux Etats-Unis, les taux sont plus élevés (2,35% brut pour le taux à 10 ans). Mais comme on s’attend à ce qu’ils augmentent encore, mieux vaut patienter. Et même après la hausse attendue, ils demeureront trop bas que pour être vraiment attractifs.

Si vous ne voulez prendre aucun risque avec votre épargne, ce sera malheureusement au détriment de votre rendement. Privilégiez dans ce cas la souplesse d’un compte d’épargne.

Actions

Les actions restent le pilier principal de votre stratégie de placement.

Il n’y a en réalité pas d’autre choix pour l’investisseur qui prend ses responsabilités vis-à-vis du patrimoine de sa famille et de son avenir financier à l’heure de la retraite.

Les actions constituent donc encore le gros du portefeuille de placement que je recommande à long terme.

La première raison est liée à la bonne tenue de la croissance économique et aux profits solides des entreprises. Ils soutiendront le cours des actions. La seconde raison est encore plus simple: aujourd’hui, il n’existe toujours pas d’alternative aux actions, à moins de se contenter du rendement proche de zéro des comptes d’épargne et des obligations.

Pour obtenir un rendement convenable, les investisseurs n’ont donc pas d’autre choix que de se tourner vers les (fonds d’) actions. Ce sera encore le cas en 2018, de quoi alimenter aussi leur hausse. Mais il faudra avoir les nerfs un peu plus solides qu’en 2017 car je n’exclus pas des phases de correction ponctuelles.

Mais pour qui sait attendre, ce n’est pas un problème et je vois même là l’occasion de se (re)positionner sur de beaux actifs à de meilleurs prix.

Voici mes actions préférées pour investir en bourse

Actions britanniques

Même si personne ne peut dire sur quoi débouchera exactement le Brexit quand on voit la farce que les négociateurs britanniques nous proposent, je suis d’avis, quand il s’agit d’ investir en bourse, que les dégâts seront limités en ce qui concerne les actions britanniques.

Pour les autres paramètres, notamment et surtout les conséquences pour le citoyen britannique et son pouvoir d’achat, les plus grands doutes sont malheureusement permis. Je crains qu’ils soient terriblement punis de leur malheureuse décision de vouloir sortir de l’Union Européenne.

Les valeurs britanniques par contre sont de portée internationale, les fluctuations de cours ne sont pas inquiétantes, le rendement net sur dividende est élevé (près de 4%), Londres est toujours bon marché pour investir en bourse et la livre sterling est fortement sous-évaluée.

Actions américaines

Performances économiques costaudes (chômage peu élevé, croissance forte, etc), bons résultats des entreprises (chiffres d’affaires, bénéfices, rachats massifs d’actions propres, etc), confiance des consommateurs de plus en plus armée, nouveaux avantages fiscaux pour les entreprises, que faut-il de plus? On a capté le message à Wall Street. Ce sera encore le cas en 2018.

Les actions américaines sont plus chères que leurs équivalentes européennes si on veut investir en bourse, mais cela se justifie à tous les niveaux.

Actions indonésiennes

L’Indonésie est un pays peu endetté à la démographie galopante. De plus, beaucoup de jeunes y sont fort bien formés. Par contre, il a souffert des pressions exercées sur les prix de l’huile de palme, du caoutchouc, du charbon et du pétrole. Heureusement, un plancher semble avoir été atteint. Le pays connaît aussi un renouveau politique, il a prononcé une amnistie fiscale qui a permis de rapatrier des milliards de roupies et la productivité augmente dans les entreprises.

Le potentiel économique du pays est énorme: démographie en expansion, population active de mieux en mieux formée, forte augmentation des exportations, productivité en hausse dans les entreprises, investissements étrangers de plus en plus nombreux, dette publique de mieux en mieux contrôlée, etc.

La Bourse de Jakarta a déçu à cause des tensions politiques et des problèmes rencontrés dans le secteur des matières premières, si bien qu’elle est bon marché.

Il n’est donc pas trop tard pour investir en bourse de Jakarta à bon prix.

Actions de la zone Euro

L’économie de la zone euro surprend agréablement: la confiance des consommateurs et des industriels est en hausse, les craintes de déséquilibre politique dans plusieurs pays (la déroute des populistes en France notamment) se sont dissipées et, c’est le plus important, les bénéfices des entreprises sont solides. Tout cela se combine et crée des évaluations boursières intéressantes. 

 

Actions mondiales

Si vous voulez vous simplifier la vie au maximum, les fonds d’actions internationales permettent d’investir en bourse en une fois un vaste portefeuille diversifié.

Pour tracer votre chemin dans le secteur des actions internationales, suivez ce guide.

Mon conseil final

Dans la leçon 27 de ma formation Devenir Riche. Mode d’Emploi. je vous enseigne, pas à pas, dans un français simple et compréhensible, quel fonds choisir et dans quelle banque, et comment faire cela avec le moins de taxes possibles. Vous pouvez devenir millionnaire ainsi, c’est garanti.

devenir riche mode d'emploi

Édition 2019

Conquérir Votre Liberté Financière

Méthode Garantie

100% de réussite

Vos commentaires

14 Commentaires

  1. Bonjour,

    Cela fait un moment que je lis régulièrement votre blog et j’ai même acheté vos deux formations.
    Vous conseillez notamment d’investir dans des fonds indiciels (ETF S&P 500 par exemple) pour une des principales raisons qui est que leur valeur ne devrait qu’augmenter au fil du temps.
    En partant de cette hypothèse, ne serait-il pas intéressant d’investir à long terme en utilisant un faible effet de levier sur ces mêmes fonds indiciels ?
    Merci.

    Réponse
    • L’effet de levier fonctionne bien dans l’immobilier, puisque c’est (finalement) le locataire qui rembourse votre emprunt à votre place, et que la valeur de l’actif immobilier n’a pas tendance (en France) à varier énormément d’une année à l’autre.
      Emprunter de l’argent que vous devez rembourser vous-même pour un actif qui augmente à long terme (20 ans), mais qui à court terme peut perdre parfois 50% de sa valeur, n’est pas utiliser l’effet de levier à bon escient. C’est spéculer.

      Réponse
  2. Encore un article très intéressant qui me conforte dans mes choix d’investissement. J’ai 20 ans, j’investi 200€ par mois dans les fonds indiciels, majoritairement, et 200€ dans les cryptomonnaies.
    Je suis au SMIC et si la croissance des cryptomonnaies perdure, cela sera une bonne aide pour investir en immobilier d’ici 2-3 ans, une chose impensable normalement à mon âge et mon niveau de revenu. Mes actions S&P500 ne bougeront pas de mon compte pour les 20 prochaines années … les fameux intérêts composés.
    Je lis pas mal de blogs mais c’est le vôtre qui m’a detourné du trading et autres investissements à très (trop) court termes. Je laisse le temps passer et je constate que c’est le bon choix. Merci!

    Réponse
  3. Bonjour, je viens de découvrir votre site, c’est très intéressant et plutôt clair. Pourquoi ne pas privilégier l’achat d’actions « Berkshire Hataway » de Warren Buffett qui bat largement l’indice SP 500 depuis des années?

    Réponse
    • En effet Berkshire Hathaway a d’excellent résultats et c’est mon action préférée toutes catégories!
      Cependant, je ne la conseille pas à la plupart de mes lecteurs pour 5 raisons, dont la première est assez dérangeante:
      1. Parce que même Buffett ne le conseille pas.
      2. Parce qu’en pratique l’achat du titre ‘Berkshire Hataway’ est à présent réservé au super riches. Le cours de l’action était de 268.000€ fin août 2017. Je ne pense pas que beaucoup puissent s’acheter cela. Ce n’est pas très pratique à gérer non plus. Si vous êtes par exemple ‘juste’ millionnaire, vous n’avez que 4 actions, et en phase de consommation (à la retraite par exemple), vous vendez un quart de votre fortune par action, et vous vous retrouvez du coup avec 27% de trésorerie.
      3. Elle est au total moins diversifiée que le S&P
      4. Son succès a été surtout le travail de W. Buffett et C. Munger, qui ne vont manifestement plus vivre encore 20 ans. Qu’en sera-t-il du futur?
      5. Vous ne pouvez, à ma connaissance et sauf erreur de ma part, acheter ces actions dans le cadre d’un PEA ou d’une assurance-vie, ce qui exclut les défiscalisations, ce qui en France est tout de même un gros handicap pour les petits et moyens investisseurs.

      Réponse
      • Pour ce qui est du titre, je parlais de l’action « B » bien sûr à 182 $ pas la « A » qui est effectivement inaccessible.

        Réponse
    • Voila un article comme je ne les aime pas. Après l’avoir relu 3 fois je me demande encore quelle stratégie concrête et pratique un lecteur normal peut en retirer pour investir. Cela dit tout et cela ne dit rien. C’est à cause de ce type de lecture que les gens se détournent de la bourse et que si peu de Francais achètent des actions. Comment leur en vouloir quand on lit ce charabia? Je veux donner aux gens des conseils simples, pratiques et faciles à appliquer. Pas augmenter leur confusion.

      Réponse
  4. Nul besoin de perdre son temps et son argent à acheter la presse financière. Les SICAV et FCP, chargés en frais, qui y sont conseillés sont ceux qui viennent récemment de surperformer et dont le rendement à venir risque d’être décevant.
    La stratégie présentée ici est simple : rester discipliné et investir chaque mois dans un tracker s&p 500 et/ou monde.

    Réponse
    • Absolument Régis. Je suis tout à fait d’accord avec vous.

      Réponse
  5. Clair, net et précis. Superbe guide pour investir. Merci pour vos efforts, et pour vos formations que j’ai toutes achetées, car absolument indispensables. Bonnes fêtes!

    Réponse
  6. Merci beaucoup pour cet article et plus généralement votre site. Les blogs concernant l’investissement sur les marchés financiers ne sont pas assez nombreux à mon goût.
    L’investissement en bourse reste malheureusement très marginal en France, il n’est pas de notre culture que d’investir sur les marchés financiers contrairement aux États Unis, où c’est la seule façon d’avoir une retraite.
    La plus grande partie de mon effort d’épargne est destiné aux marchés financiers (CTO).
    Depuis plusieurs années, j’épargne pour le long terme (encore au moins 20 ans) et j’achète, tous les trimestres, l’ETF VTI qui réplique le marché total américain. J’estime qu’être investi sur plus de 3.600 entreprises US est assez diversifié et comme vous l’avez écrit dans une autre rubrique, la bourse américaine l’une des plus efficiente au monde.
    Les livrets defiscalisés ne me servent que pour payer mes charges (impôts, électricité, eau…) et des achats futurs (cadeaux…).
    Cdt
    Jérôme

    Réponse
    • Effectivement, Jérôme, vous avez bien raison!
      D’après les chiffres de TNS Sofres, le nombre de Français possédant des actions individuelles passe de 13,8% en 2008 à 6,2% en mars 2016. Si en 2008 seulement 7,5 % des Français possédaient un fonds de placement en actions, aujourd’hui ce chiffre est tombé à 2,5 %.
      C’est une catastrophe.
      Les Français investissent dans un véhicule au rendement négatif, car ils croient dans la fable du livret d’épargne qui ne serait pas risqué. Pendant ce temps, celui qui a investi son argent dans un simple fonds indiciel S&P 500 au lieu d’un livret a vu son patrimoine doubler tous les 8 ans.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je m’appelle LUC BRIALY.
Et je vais vous faire conquérir votre liberté financière.

Découvrez comment travailler moins pour gagner plus, placer son argent, utiliser l'investissement immobilier et préparer sa retraite.
Je l'ai fait avant vous. Je suis millionnaire et financièrement indépendant.
Vous pourrez le devenir également!

Je vous ai aidé? Offrez-moi un café, un déjeuner, un diner!

Rendement locatif
Divi
booking.com
airbnb
GRATUIT: recevez votre livre sur votre liberté financière
CLIQUEZ
close-image

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Ce livre gratuit vous apprendra comment bien débuter en 3 étapes dans l’investissement immobilier

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Ce livre gratuit vous apprendra comment bien débuter en 3 étapes dans l’investissement immobilier

 

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

TROP DE TRAVAIL
et
PAS ASSEZ DE TEMPS?

Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE:

en 7 jours vers la PRODUCTIVITE ULTIME

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

TROP DE TRAVAIL
et
PAS ASSEZ DE TEMPS?

Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE:

en 7 jours vers la PRODUCTIVITE ULTIME

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

LANCEZ-VOUS

Gagnez de l'argent en ne faisant

que ce que vous aimez faire

Inscrivez-vous à

ma formation GRATUITE de 7 jours

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

LANCEZ-VOUS

Gagnez de l'argent en ne faisant

que ce que vous aimez faire

Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE de 7 jours

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

10 questions sur la retraite



Préparez votre retraite

(dès aujourd'hui)


RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

 

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.