TRAVAILLEZ MOINS, GAGNEZ PLUS

Que penser de la réduction du temps de travail?

Que penser de la réduction du temps de travail

La réduction du temps de travail comme instrument de lutte contre le chômage reste une idée populaire en France. Cela a commencé dans les années 70 avec le plan de l’économiste hongrois Tamas Palasthy. Depuis lors, les économistes français n’ont cessé de forger des plans de réduction du temps de travail pour redistribuer celui-ci. Cette redistribution permettrait de donner à chacun un emploi. Un économiste français qui est préoccupé par sa réputation est presque obligé d’imaginer de tels plans. Mais qu’en est-il vraiment pour votre vie de tous les jours?

Il y a beaucoup de plans de réduction du temps de travail. Je veux parler des heures de travail plus courtes imposées collectivement. L’exemple le plus connu est la semaine de 35 heures, qui a été introduite en France en 2000 par Martine Aubry, ministre de l’Economie sous le gouvernement Jospin. Aujourd’hui, certains rêvent d’une semaine de quatre jours obligatoire.

À première vue, ces plans semblent attrayants. Le raisonnement sous-jacent est presque esthétique dans sa simplicité. Il y a plus de gens qui cherchent un emploi qu’il n’y a d’emplois. Coupons ces emplois en petits morceaux, et donnant à chacun un morceau. Problème résolu.

La réduction du temps de travail est une idée simple et attrayante

Mais la simplicité de l’idée est aussi son plus gros problème. L’idée est basée sur ce qui est évident à première vue: que le nombre d’emplois est donné. Puisque le nombre d’emplois est fixe, nous pouvons résoudre le problème du chômage en répartissant la quantité fixe d’emplois à travers un grand nombre de personnes.

Cependant, cette hypothèse est fausse. Cela est devenu clair lorsque dans les années 70 les femmes ont été introduites en masse sur le marché du travail. La grande peur était que ‘puisque le nombre d’emplois est fixé’, les femmes prendraient des emplois des hommes et que donc l’augmentation du taux de chômage serait inévitable. Cela n’a pas du tout eu lieu.

La raison: les femmes qui sont arrivés sur le marché du travail ont été ‘transformées’ en emplois productifs. Ce qui a augmenté la production, qui à son tour a provoqué une augmentation du revenu. Le reste est de l’histoire. L’augmentation de la production a conduit à plus de revenus et donc une plus grande demande de biens et services. Cette dernière a été le moteur qui a provoqué une augmentation du nombre d’emplois.

L’idée de réduction obligatoire du temps de travail comme un instrument pour lutter contre le chômage est basé sur des sables mouvants. Une telle mesure linéaire qui oblige la population active (90%) à travailler moins pour faire de la place pour les chômeurs (10%) réduira la capacité du pays et finalement conduira à moins d’emplois.

La population active a un niveau d’éducation plus élevé que le niveau moyen d’éducation des chômeurs. Cela signifie qu’une proportion importante des offres d’emploi ne sera pas comblé par des chômeurs qui ont tendance à avoir une faible éducation. Et ce sera une partie importante de notre potentiel productif que nous allons perdre. A terme, cela signifie donc moins d’emplois.

« La réduction du temps de travail n’est pas que de l’économie. Elle concerne aussi le bien-être des gens. Le vôtre inclus. »

Voilà, vous connaissez à présent le point de vue économique pur. Ne vous méprenez cependant pas sur mon propos. Si les gens veulent travailler moins longtemps parce qu’ils veulent profiter de la vie, alors je suis un défenseur absolu de la réduction des heures de travail. Mais croire que le problème du chômage sera résolu quand la réduction du temps de travail? Voilà quelque chose de réellement naïf.

Mais appréhender le concept de la réduction du temps de travail à partir d’un angle presque exclusivement mathématique et uniquement dans le but de réduire le chômage serait regrettable, car cela réduit l’une des questions les plus importantes de notre temps – comment réconcilier travail équilibré et vie privée- à quelque chose de subalterne.

Si dans le passé, nous n’aurions suivi que l’approche macro-économique, alors ne serions jamais arrivé à la semaine de moins de 40 heures, tout en augmentant le taux d’emploi.

L’économiste James Galbraith suggère – probablement à juste titre – que les périodes de forte croissance sont derrière nous. Et c’est tout aussi bien, parce que la croissance a été souvent basée sur des bulles et des méthodes de production non durables. Cependant, la productivité continue d’augmenter. Plus lentement qu’auparavant, mais grâce à la numérisation et la robotique, sans arrêt. La quantité d’emplois disponibles sera donc, en particulier dans les segments inférieurs du marché du travail, en baisse continuelle. Dans ces segments, nous nous dirigeons vers le chômage structurel.

Enfin, il y a cet autre aspect: la qualité de vie. Les travailleurs satisfaits et équilibrés ont tout simplement une productivité plus élevée.

Il en est de même de votre cas particulier: si vous pourriez travailler moins, tout en gagnant plus, vous devriez être quelqu’un de très spécial.

Une première approche vers la diminution personnelle de votre temps de travail passe par l’augmentation de votre productivité. Vous pouvez creuser davantage ce sujet en vous inscrivant à ma formation gratuite pour augmenter votre productivité: cliquez ici.

« Le travail, ce n’est vraiment pas la santé »

Les travailleurs qui travaillent de longues heures ont jusqu’à 20% de probabilité supplémentaire de décéder prématurément.

Le professeur américain Jeffrey Pfeffer de la célèbre université de Stanford arrive à cette conclusion après une méta-analyse de plus de 200 recherches existantes.

Jeffrey Pfeffer, Le travail ce n’est pas la santé

Jeffrey Pfeffer

Pfeffer conclut en outre que le bien-être psychologique des travailleurs a une influence importante sur leur santé physique. Trop de stress négatif peut induire toute une série de problèmes de santé, car il induit souvent des comportements malsains comme fumer et boire.

Pfeffer met en évidence que la conjonction d’un temps de travail trop long et d’un stress négatif trop important induit une probabilité de 20% supérieure de décès prématuré, ce qui en fait aux Etats-Unis une cause de mortalité plus importante que le diabète ou le suicide. Il constate aussi que les travailleurs qui ont peur de perdre leur travail, ont un taux d’absentéisme pour maladie de 50% plus élevé que la moyenne.

Ce sont des résultats extrêmement préoccupants.

Ils sont confirmés par l’expérience japonaise dont je vous avais déjà entretenu.

Pfeffer lance donc un appel aux gouvernements de porter leur attention également sur le bien-être psychique des travailleurs, et pas seulement sur le temps de travail, les accidents de travail et les maladies professionnelles.

Conclusion: vous n’allez donc pas devenir riche en travaillant beaucoup, apprenez plutôt à travailler bien.

« Vers la semaine de 4 jours? »

Ne vous fourvoyez pas.

En 1837 une semaine de travail plus courte semblait également irréaliste. C’est entré dans les livres d’histoire comme l’une des plus grandes erreurs économiques. Une erreur que nous ne pouvons pas répéter.

En 1764, le Britannique James Hargreaves découvre la ‘Spinning Jenny’, une machine à filer. Il a déclenché une révolution dans l’industrie du coton et de la laine. Les modèles ultérieurs de la machine ont permis aux ouvriers de tourner jusqu’à 130 fils à la fois, le rêve de chaque capitaliste. C’était une de ces inventions qui a donné le signal de départ de la première révolution industrielle. Un grand saut dans le développement de l’humanité.

La croissance de la productivité augmentait, tout comme les bénéfices des entreprises, mais la révolution avait un revers: progressivement, une classe ouvrière appauvrie grandissait en Angleterre. 70 heures de travail étaient la norme, ainsi que le travail des enfants. Dans les premières décennies du 19ème siècle, un contre-mouvement a commencé. La proposition d’une journée de 10 heures a vu le jour.

Ce n’était pas du goût de Nassau William Senior, un économiste de renom à l’époque. Au début du 19ème siècle, il conseilla les gouvernements britanniques successifs sur la politique économique et sociale. Il a également occupé une chaire à l’Université d’Oxford: la chaire Drummond d’économie politique. En bref, Senior était un poids lourd économique. Il a averti dans sa ‘Letter on the Factory Act’ d’un armageddon économique. Une journée de dix heures était hors de question pour l’économiste et signifiait la fin de l’industrie cotonnière anglaise. A travers un modèle économétrique compliqué, il a ainsi ‘démontré’ qu’un ouvrier devait travailler au moins 10,5 heures par jour, sinon il était ‘non rentable’.

L’une des plus grandes erreurs de l’histoire économique.

En 1847, la Loi sur les dix heures a vu le jour. Et qu’est-ce qui s’est passé? L’industrie du coton n’a pas fait faillite. Au contraire. Quelques années plus tard, un syndicat australien a même forcé la première journée de huit heures. Le point de départ d’une longue bataille historique.

Les gens sont naturellement conservateurs. Cela vaut également pour les intellectuels. Certains faiseurs d’opinion témoignent d’un manque d’inspiration et d’une faible prise de conscience historique: la journée de travail passe de 12 à 8 en quelques décennies. Les congés payés ont vu le jour dans les années 1930. Et à la fin des années 1950, le week-end devint progressivement une institution.

Pourquoi une semaine de travail de quatre jours ou une semaine de 30 heures serait-elle irréaliste?

Un moyen de réaliser cette semaine de travail plus courte: augmenter la productivité. En tant que société, nous améliorons la fabrication de biens et la prestation de services de façon toujours plus efficace. Au cours des prochaines décennies, la productivité continuera de croître régulièrement. Certaines prévisions supposent 1% par an. Une semaine de travail de quatre jours ou une semaine de 30 heures est donc à l’horizon.

La semaine de travail plus courte mérite mieux que les platitudes bon marché. Réfléchissons à deux fois avant de classer l’idée comme étant irréaliste.

« Travailler moins n’est pas une utopie, les Suédois en sont convaincus: ils passent à la journée de 6 heures. On dirait bien qu’ils ont suivi ma formation! »

Travailler moins n’est pas une utopie, les Suédois en sont convaincus.

Malgré toutes ces études qui prouvent donc clairement que c’est une très mauvaise idée, beaucoup d’entre nous finissent par augmenter leur temps de travail et travailler 50 heures ou plus par semaine, parce que nous pensons que nous allons obtenir plus de résultats et gagner plus d’argent. Et selon encore une étude récente impliquant 600.000 personnes, ceux d’entre nous qui bossent plus de 55 heures auront 33% plus de risque d’avoir un accident vasculaire cérébral que ceux qui maintiennent une semaine de 35 à 40 heures.

Dans cet esprit, la Suède se dirige vers une journée normale de temps de travail de 6 heures, avec des entreprises à travers le pays ayant déjà mis en œuvre le changement, et une maison de retraite qui se lance dans une expérience d’un an pour comparer les coûts et les avantages d’une journée de travail plus courte.

Des résultats encourageants

‘Je pense que la journée de travail de 8 heures n’est pas aussi efficace qu’on pourrait le penser. Rester concentré sur une tâche spécifique pendant 8 heures est un énorme défi. Pour faire face, nous mélangeons donc les choses, et faisons des pauses innombrables pour rendre la journée de travail plus supportable. Dans le même temps, nous éprouvons de la difficulté à gérer notre vie privée en dehors du travail.’ dit Linus Feldt, PDG de Filimundus, une firme qui est passée à une journée de 6 heures l’année dernière. ‘Nous voulons passer plus de temps avec nos familles, nous voulons apprendre de nouvelles choses et faire plus d’exercice.’ Pour faire face à la réduction significative des heures de travail, Feldt à invité le personnel à rester à l’écart des médias sociaux et d’autres distractions au travail. Les réunions sont maintenues à un minimum. ‘Mon impression est que maintenant il est plus facile de se concentrer plus intensément sur le travail qui doit être fait.’ La pensée derrière le mouvement est que, parce que la journée de travail a été condensée, le personnel sera plus motivé et aura plus d’énergie pour faire plus en une période de temps plus courte. Feldt rapporte que non seulement la productivité est restée la même, mais qu’il y a aussi moins de conflits de personnel parce que les gens sont plus heureux et mieux reposés.

Sans doute Filimundus a copié la recette des centres de service Toyota à Göteborg, qui ont décidé de travailler moins il y a 13 ans avec un temps de travail par jour de six heures, et où les résultats sont un personnel plus heureux, un taux de rotation plus faible, et l’avantage compétitif de recruter facilement de nouveaux employés. ‘Le personnel travaille moins longtemps, il y a une utilisation plus efficace des machines, et les coûts de capital sont plus faibles: tout le monde est heureux’, a déclaré le directeur général Martin Banck, ajoutant que les profits ont augmenté de 25 pour cent.

En février 2015, la maison de retraite Svartedalens à Göteborg a mis en œuvre une journée de travail de 6 heures pour leurs infirmières sans modification des salaires, et a conduit l’expérience jusqu’à la fin de 2016 pour déterminer si le coût supplémentaire de l’embauche de 14 nouveaux membres du personnel pour couvrir les heures perdues vaut les améliorations aux soins des patients et au moral des employés. L’expérience Svartedalens en a inspiré d’autres: à l’hôpital universitaire Sahlgrenska de Göteborg, le département de chirurgie orthopédique a également décidé de travailler moins avec une journée de 6 heures, tout comme les médecins et les infirmières dans deux départements de l’hôpital d’Umeå. Les résultats sont exactement ceux que j’attendais: cela coûte plus cher au total, mais tous les autres paramètres sont plus que positifs.

La réduction du temps de travail en Allemagne

Cela va bien avec l’économie allemande. La production est élevée, le chômage est historiquement bas. Les ouvriers veulent en profiter. IG Metall, avec plus de 2,3 millions de membres, est le plus grand syndicat sectoriel d’Europe, et dispose d’un ensemble d’exigences remarquable pour 2018.

D’une part, une augmentation salariale de 6%, d’autre part l’introduction de la semaine de 28 heures.

Ce plan a été conçu pour les personnes ayant à soigner ses enfants, les personnes âgées ou les malades, ainsi que pour les travailleurs qui travaillent en équipe. Dans cette proposition, ils ne conservent pas entièrement leur salaire, mais l’employeur compense pour une partie du montant perdu. 200 euros par mois pour ceux qui ont une fonction de soins, 750 euros par an pour les travailleurs en équipe. Si vous voulez recommencer à travailler à temps plein après deux ans, vous devriez pouvoir le faire. Les entreprises doivent le garantir.

C’est une idée révolutionnaire.

Jamais auparavant les syndicats n’ont accordé autant d’importance à la conciliation travail-vie, c’est en partie une proposition symbolique. IG Metall avait déjà gagné la semaine de 35 heures dans les années 1990, mais en pratique, de nombreuses heures de travail supplémentaire sont encore prestées.

Une exigence est une chose, une réalisation une autre. Cet ensemble d’exigences a-t-il également une chance de succès?

L’économie se porte bien, les entreprises se portent bien et lorsqu’elles donnent aux employés quelque chose, elles créent de la bonne volonté quand les choses vont moins bien. C’est une manière intéressante et moderne de définir des exigences: une partie du bénéfice des sociétés, mais sous la forme d’une carrière personnalisée.

Je ne vois qu’un seul piège: le taux de chômage allemand est très bas, et si tout le monde travaille maintenant 28 heures par semaine, il peut être difficile d’aller de trouver des travailleurs quand nécessaire. Mais cela n’arrivera probablement pas: l’industrie exigera plus de flexibilité en échange d’une semaine de travail plus courte, de sorte que plus de travail pourra être fait aux heures de pointe.

Tout ceci prouve qu’il y a une énorme demande de réduction des heures de travail. Le thème est de nouveau prioritaire sur l’agenda social. Cela peut être une étape importante. En Allemagne, beaucoup de femmes travaillent à temps partiel, avec des salaires réduits, et de telles mesures sont bonnes pour leur émancipation, et c’est un pas dans la bonne direction.

Une réduction du temps de travail en France?

Ne devrions-nous tous suivre l’exemple de la Suède, qui par ailleurs veut également devenir le premier pays à fonctionner sans combustibles fossiles? Et celui de l’Allemagne?

Mais tout d’abord, combien d’heures nous travaillons en France? Eh bien, pas beaucoup, selon les chiffres de l’OCDE.

En 2014, les Belges ont travaillé en moyenne 1.576 heures par an, les Français seulement 1.474. Les Suédois ont travaillé plus longtemps: 1.609 heures. Les Allemands travaillent le moins longtemps, ils trouvent 1.371 heures suffisant, et, nous l’avons vu, ils vont encore diminuer cela. Les Néerlandais ont travaillé en moyenne 1.425 heures. Les travailleurs les plus acharnés, vous les trouverez au Mexique: 2228 heures par an. Les Mexicains sont suivis de près par la Corée du Sud et – souvent apparemment présentés comme ‘paresseux’- par les Grecs.

Une belle preuve de la relativité des choses…

R

Les interventions étatiques ne sont pas la bonne solution.

La réduction du temps de travail est simplement le sens de l’histoire, et une oeuvre de civilisation.

Il est temps que vous appreniez comment réduire vous-même votre temps de travail pour gagner plus, pour conquérir votre indépendance financière, et pour être plus heureux.

TRAVAILLEZ MOINS

GAGNEZ PLUS

Ne travaillez plus que 2 heures par jour

Vos commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je m’appelle LUC BRIALY.
Et je vais vous faire conquérir votre liberté financière.

Découvrez comment travailler moins pour gagner plus, placer son argent, utiliser l'investissement immobilier et préparer sa retraite.
Je l'ai fait avant vous. Je suis millionnaire et financièrement indépendant.
Vous pourrez le devenir également!

Je vous ai aidé? Offrez-moi un café, un déjeuner, un diner!

Rendement locatif
Divi
booking.com

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Ce livre gratuit vous apprendra comment bien débuter en 3 étapes dans l’investissement immobilier

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Ce livre gratuit vous apprendra comment bien débuter en 3 étapes dans l’investissement immobilier

 

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

TROP DE TRAVAIL
et
PAS ASSEZ DE TEMPS?

Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE:

en 7 jours vers la PRODUCTIVITE ULTIME

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.

TROP DE TRAVAIL
et
PAS ASSEZ DE TEMPS?

Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE:

en 7 jours vers la PRODUCTIVITE ULTIME

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

LANCEZ-VOUS

Gagnez de l'argent en ne faisant

que ce que vous aimez faire

Inscrivez-vous à

ma formation GRATUITE de 7 jours

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

LANCEZ-VOUS

Gagnez de l'argent en ne faisant

que ce que vous aimez faire

Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE de 7 jours

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel de bienvenue.

10 questions sur la retraite



Préparez votre retraite

(dès aujourd'hui)


RECEVEZ CE LIVRE GRATUIT

 

Vous êtes inscrit! Vous allez bientôt recevoir un courriel pour pouvoir télécharger votre livre gratuit.