La règle des 4% vous permet de déterminer (facilement) si le capital que vous avez à votre disposition est suffisant pour jouir d’une retraite sans souci.

L’histoire de la règle des 4%

Laissez moi d’abord vous raconter un peu d’histoire au sujet de la règle des 4%.

Dans les années 90, le fameux gourou financier américain William Bengen arriva à la conclusion que les retraités pourraient retirer sans problème 4% de leur portefeuille d’investissement chaque année (en ajustant évidemment pour l’inflation) et qu’il resterait ainsi toujours assez d’argent pendant au moins 30 ans pour continuer à financer ce revenu.

NOUVEAU: vous pouvez creuser davantage ce sujet et mieux préparer votre retraite en vous procurant ma dernière formation que je vous offre gratuitement: cliquez ici.

L’assertion de Bergen fut vérifiée et validée par les analystes et les scientifiques de tout poil.

La plus connue des études qui ont vérifié la règle des 4% est l’étude Trinity, réalisée par trois professeurs de l’Université Trinity en 1998, qui a vérifié rétroactivement les conclusions de William Bengen.

Tout ce qu’un retraité devrait faire est donc d’investir dans un portefeuille relativement neutre-dynamique (comprenant donc entre 50 à 70% d’actions), et vivre en retirant chaque année 4% de celui-ci (hors inflation).

Il n’y a dans ce cas aucune crainte à avoir de tomber à court de fonds.

Vous trouverez, si cela vous intéresse, l’étude de Bengen ici.

En pratique cela signifie que quelqu’un avec un capital de par exemple un million d’Euros peut, grâce à la règle des 4%, jouir d’un revenu de 40.000€ (bruts) pendant au moins 30 ans sans soucis.

La probabilité de ne jamais tomber à court d’argent avant son décès est donc très grande si on suit la règle des 4%.

Il y a déjà quelques années maintenant, un article du Wall Street Journal suggérait que cette règle des 4% serait sujette à caution. Le monde de la finance se retrouva en état de choc.

Le journal mettait en effet en exergue que malgré les hausses sensationnelles des cours boursiers, ceux-ci ne progressaient peut-être pas suffisamment pour encore garantir la validité de la règle.

Je ne partage pas, comme beaucoup d’autres auteurs et analystes, ce pessimisme: si vous pouvez vivre des revenus générés par les dividendes, les intérêts et la plus-value de votre portefeuille, vous n’avez pas à vous inquiéter de la longévité de votre capital.

Il vous survivra!

En effet, bon an, mal an, crise du covid et guerre en Ukraine comprise, investir dans un bon ETF reproduisant le SP500, a depuis toujours délivré 10% de rendement en moyenne, garantissant donc un rendement suffisant pour valider la règle des 4%.

La règle des 4% et notre espérance de vie

Qui vous dit d’ailleurs que votre capital doit à tout prix rester intact si vous avez la chance de vivre plus de 30 ans après votre 1er jour de retraite?

Devez-vous nécessairement dans ce cas laisser à vos héritiers une fortune?

En général, si votre époux/épouse vous survit à cet âge là, ce ne sera malheureusement pas pour longtemps, et vos enfants seront eux-mêmes également déjà retraités.

Beaucoup trop de gens ont encore des conceptions sur l’héritage qui ‘doivent’ laisser à leurs enfants qui sont encore de l’âge où l’espérance de vie était de 60 ans.

Je rappelle volontiers qu’à notre époque l’espérance de vie est de 83 ans, et qu’il faut donc surtout faire en sorte que l’on ait soi-même assez d’argent, avant de penser à l’héritage de vos ‘enfants’ qui auront 60 ans entretemps!

Un portefeuille bien choisi et bien géré est tout-à-fait capable de générer sans grand risque un rendement de 4%.

Si les taux d’intérêts restent bas, le cours des actions sera soutenu.

Dans le cas contraire, les obligations prendront évidement le relais.

Ce mécanisme économique prouvé est la meilleure garantie que l’étalon des 4% est aussi résistant à l’effet de l’inflation.

C’est également une leçon utile pour ceux qui ne sont pas encore à l’âge de la retraite, ou qui n’ont pas encore atteint leur indépendance financière: si vous vous concentrez sur la variable « rendement » de l’équation de l’investissement, votre objectif de capital peut encore et toujours facilement être déterminé par la règle des 4%.

Au-delà de la règle des 4%

La plus grosse erreur que vous puissiez faire avec la règle des 4% est de penser que vous devez la suivre à la lettre.

Elle peut être utilisé comme point de départ et comme ligne directrice de base sur le montant à épargner pour la retraite: c’est à dire 25 fois (qui est l’inverse de 4%) de ce dont vous aurez besoin au cours de la première année d’une retraite de 30 ans de votre portefeuille.

Mais après cela, je vous suggère d’adopter un taux de dépenses personnalisé, en fonction de votre situation, de vos investissements et de votre tolérance au risque, puis de le mettre à jour régulièrement.

De plus, les recherches suggèrent qu’en moyenne, les dépenses diminuent à la retraite.

Elles ne restent en effet pas constantes (ajusté en fonction de l’inflation) comme le suggère la règle des 4%.

Comment déterminez-vous votre taux de dépenses personnalisé?

Commencez par vous poser ces questions :

1. Combien de temps voulez-vous planifier?

De toute évidence, vous ne savez pas exactement combien de temps vous vivrez, et ce n’est pas une question à laquelle beaucoup de gens veulent réfléchir trop profondément.

Mais pour avoir une idée générale, vous devez examiner attentivement votre état de santé et votre espérance de vie.

Tenez également compte de votre tolérance à la gestion du risque de survie de vos actifs, de l’accès à d’autres ressources si vous puisez dans votre portefeuille (par exemple, la sécurité sociale, une pension ou des rentes) et d’autres facteurs.

2. Comment allez-vous investir votre portefeuille?

Les actions des portefeuilles de retraite offrent un potentiel de croissance future, pour aider à répondre aux besoins de dépenses plus tard à la retraite.

Les liquidités et les obligations, en revanche, peuvent ajouter de la stabilité et peuvent être utilisées pour financer les besoins de dépenses au début de la retraite.

Chaque investissement joue son propre rôle, donc un bon mélange des trois – actions, obligations et liquidités – est important.

Nous constatons que la répartition de l’actif a un impact relativement faible sur le montant de votre retrait durable la première année, à moins que vous n’ayez une répartition très prudente et une longue période de retraite.

Cependant, l’allocation d’actifs peut avoir un impact significatif sur le solde d’actifs final du portefeuille.

En d’autres termes, une allocation d’actifs plus agressive peut avoir le potentiel de croître davantage au fil du temps, mais l’inconvénient est que les mauvaises années peuvent être pires qu’avec une allocation plus conservatrice.

N’oubliez pas que le choix d’une combinaison appropriée de placements n’est peut-être pas simplement une décision mathématique.

La recherche montre que la douleur des pertes dépasse le plaisir des gains, et cet effet peut être amplifié à la retraite.

Pour bien jouir de la règle des 4%, il est important de choisir une allocation avec laquelle vous êtes à l’aise, en particulier en cas de marché baissier, et pas seulement celle qui offre la plus grande possibilité d’augmenter le solde potentiel des actifs à la fin.

3. Dans quelle mesure voulez-vous être sûr que votre argent durera?

Considérez un niveau de confiance comme le pourcentage de fois où le portefeuille hypothétique n’a pas manqué d’argent, sur la base d’une variété d’hypothèses et de projections concernant les performances futures potentielles du marché.

4. Ferez-vous des changements si les conditions changent?

C’est la question la plus importante, et celle qui l’emporte sur toutes les questions ci-dessus.

La règle des 4%, comme nous l’avons mentionné, est une ligne directrice rigide, qui suppose que vous ne modifierez pas vos dépenses, vos investissements ou vos ajustements à mesure que les conditions changent.

Vous n’êtes pas une formule mathématique, et vos dépenses de retraite non plus.

Si vous apportez des changements simples pendant un marché baissier, comme réduire vos dépenses de vacances ou réduire ou réduire les dépenses dont vous n’avez pas besoin, vous pouvez augmenter la probabilité que votre argent dure.

5 questions fréquentes sur la règle des 4% pour la préparation de votre retraite

La règle des 4% est donc une méthode simple pour estimer le montant que vous pouvez retirer de votre épargne-retraite chaque année sans risquer de l’épuiser.

Elle repose sur l’hypothèse que vous ajustez votre retrait annuel en fonction de l’inflation.

Voici cinq questions fréquentes sur la règle des 4% et comment l’appliquer à votre situation.

1. Comment calculer le montant de mon retrait annuel selon la règle des 4%?

Pour appliquer la règle des 4%, il suffit de multiplier le solde de votre épargne-retraite par 0,04.

Par exemple, si vous avez 500 000 euros d’épargne-retraite, vous pouvez retirer 20 000 euros la première année (500 000 x 0,04 = 20 000). Les années suivantes, vous augmentez ce montant en fonction de l’inflation. Par exemple, si l’inflation est de 2%, vous pouvez retirer 20 400 euros la deuxième année (20 000 x 1,02 = 20 400).

2. Quels sont les avantages et les inconvénients de la règle des 4%?

L’avantage principal de la règle des 4% est sa simplicité.

Elle vous permet d’avoir une idée du montant que vous pouvez dépenser chaque année sans avoir à faire des calculs complexes ou à recourir à un conseiller financier. Elle vous donne également une certaine flexibilité, car vous pouvez ajuster votre retrait en fonction de vos besoins et de l’évolution du marché.

Le principal inconvénient de la règle des 4% est qu’elle ne tient pas compte de certains facteurs qui peuvent affecter la durée de votre épargne-retraite, tels que :

– La durée de votre retraite : si vous prenez votre retraite tôt ou si vous vivez plus longtemps que la moyenne, vous risquez de manquer d’argent avant la fin de votre vie.
– Le rendement de votre portefeuille : si le marché boursier connaît une période de baisse prolongée ou de forte volatilité, votre épargne-retraite peut diminuer plus rapidement que prévu.
– Les impôts et les frais : si vous retirez votre épargne-retraite d’un compte imposable ou si vous payez des frais élevés pour gérer votre portefeuille, vous réduisez le montant net que vous pouvez dépenser.
– Les dépenses imprévues : si vous faites face à des dépenses importantes qui ne sont pas prévues dans votre budget, comme des frais médicaux ou des réparations urgentes, vous pouvez être obligé de retirer plus que ce que la règle des 4% permet.

3. Comment adapter la règle des 4% à ma situation personnelle?

La règle des 4% n’est pas une formule magique qui s’applique à tous les cas.

Il s’agit plutôt d’un point de départ pour planifier votre retraite.

Vous pouvez adapter la règle des 4% à votre situation personnelle en tenant compte des éléments suivants :

– Votre âge et votre espérance de vie : plus vous êtes jeune et en bonne santé, plus vous devez être prudent avec le montant que vous retirez chaque année, car vous avez plus de chances de vivre longtemps.
– Votre tolérance au risque et votre allocation d’actifs : plus vous êtes disposé à prendre des risques et à investir dans des actifs plus volatils, comme les actions, plus vous pouvez espérer un rendement élevé sur le long terme, mais aussi plus vous devez être prêt à faire face à des fluctuations importantes de votre épargne-retraite.
– Vos sources de revenus supplémentaires : si vous bénéficiez d’autres sources de revenus stables et garantis, comme une pension ou une rente, vous pouvez réduire le montant que vous retirez de votre épargne-retraite.
– Votre mode de vie et vos objectifs : si vous avez un mode de vie modeste et que vous n’avez pas de projets coûteux, comme voyager ou aider vos enfants ou petits-enfants, vous pouvez retirer moins.

4. La règle des 4% est-elle universelle?

La règle des 4% n’est pas une garantie absolue, mais plutôt une approximation basée sur des hypothèses qui peuvent varier selon les situations.

Par exemple, la règle des 4% ne tient pas compte des frais de gestion, des impôts, des dépenses imprévues, de l’espérance de vie ou du taux de change.

De plus, la règle des 4% repose sur les données historiques du marché américain, ce qui implique qu’il vaut mieux investir dans le marché boursier américain pour avoir les mêmes résultats.

Il est donc conseillé d’adapter la règle des 4% à votre profil de risque, à votre horizon de placement et à vos objectifs personnels.

5. Quels sont les avantages et les inconvénients de la règle des 4%?

Les avantages de la règle des 4% sont :

– Elle offre une simplicité et une facilité de calcul.
– Elle permet de préserver le capital initial et de le faire fructifier dans le temps.
– Elle procure un revenu régulier et prévisible, indépendant des fluctuations du marché.

Les inconvénients de la règle des 4% sont :

– Elle ne tient pas compte de l’inflation, qui peut réduire le pouvoir d’achat du revenu retiré.
– Elle ne s’adapte pas aux besoins et aux objectifs personnels de chaque investisseur, qui peuvent varier selon l’âge, le profil de risque, le mode de vie, etc.
– Elle ne garantit pas que le portefeuille durera toute la vie, car elle repose sur des hypothèses qui peuvent ne pas se réaliser.

La règles des 4%: conclusion

Il n’y aura jamais une seule bonne réponse quant au montant que vous pouvez dépenser à partir de votre portefeuille à la retraite.

Ce qui est important, c’est d’avoir un plan et une ligne directrice générale pour les dépenses, puis de les ajuster si nécessaire.

Le but, après tout, n’est pas de s’inquiéter des calculs compliqués sur les dépenses.

La règle des 4% est donc précieuse comme ligne directrice.

Mais le vrai but, c’est pour profiter de votre retraite.

Ma formation sur la préparation de votre retraite vous permettra de calculer en toute confiance combien d’argent vous aurez besoin pour prendre une retraite heureuse et confortable, que vous soyez aujourd’hui âgé de 20, 30, 40, 50 ou 60 ans.

Préparez votre retraite

 Préparez votre retraite en toute confiance

La formation indispensable pour préparer votre futur

Vos commentaires

Seront refusés les commentaires anonymes, insultants, contenant du spam, de fausses adresses email, des liens vers des sites commerciaux ou n’ayant rien à voir avec le sujet. Restez poli et lisez l’article dans sa totalité avant de vous lancer dans des critiques qui le plus souvent sont rencontrées un peu loin.

2 Commentaires

  1. Bonjour Luc,
    C’est quand même constituer un capital pendant (très) longtemps, pour ensuite profiter NON PAS du capital intérêts compris mais une petite partie, afin de conserver ce dernier… Je ne vois pas trop l’avantage de tels sacrifices. C’est comme passer sa vie à construire un palais et en profiter ses dernières années de vie…… Je ne dis pas qu’il ne faut pas investir, j’ai moi-même plusieurs investissements, mais j’ai bien l’intention de tout claquer de 50 ans à 80 ans… Si jamais je vie plus loin que ça et que je n’ai plus d’argent, quelle importance ? J’aurais instruit mes enfants pour qu’ils soient eux-mêmes riches de toute façon… C’est celà le plus bel héritage : la connaissance. Et vous ? Ou ira votre fortune une fois parti ? Les sacrifices d’antan en valait ils la peine? Amicalement, Benoît

    Réponse
    • En ce qui concerne la construction de ma fortune, cela ne m’a coûté aucun sacrifice.
      J’ai simplement investi chaque mois 15% de mes revenus en ETF, et je me suis constitué mon patrimoine immobilier avec les loyers de mes locataires.
      J’ai accumulé ainsi assez de capital pour financer mon style de vie actuel, et même laisser assez de capital à mes héritiers, même si je devrais vivre 1O0 ans ou (beaucoup) plus.
      Je ne voudrais pas à 80 ans tomber à court d’argent et vivre aux frais de la société et de mes enfants. C’est contre mes principes éthiques.
      Il n’y a donc pas eu de sacrifices dans le passé, et il n’y en aura pas dans l’avenir.
      Je n’utilise personnellement pas la règle des 4%, j’ai développé une bien meilleure méthode, et je l’explique dans ma formation.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORMATION GRATUITE

Vos 10 questions les plus fréquentes sur la retraite

Les retraités en difficulté sont généralement ceux qui ont trop compté sur l’État Providence et n’ont pas préparé leur retraite à temps.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Gagner de l'argent en faisant ce qu'on aime

Suivez cette formation GRATUITE pour apprendre comment créer votre propre travail et ne plus avoir envie de vous suicider chaque lundi matin.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

En 7 jours vers la PRODUCTIVITÉ ULTIME

Trop de travail et pas assez de temps?
Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Devenir Riche.
Vous aussi.

Recevez ma FORMATION GRATUITE et apprenez comment vous aussi pouvez atteindre
l’indépendance financière.
C'EST ICI  >
Préparez
close-link
FORMATION GRATUITE

Immobilier.
Bien débuter.

Cette formation GRATUITE vous apprendra comment bien débuter dans l’investissement immobilier.
C'EST ICI  >
close-link
Aller au contenu principal