L’exemple de mon portefeuille boursier en 2022

Mon portefeuille boursier

Mise à jour de janvier 2022.

Prochaine mise à jour fin janvier 2023.

Mon portefeuille boursier a gagné 34% en 2021, même avec la crise du coronavirus.

Je ne peux donc qu’afficher un visage souriant lorsque je regarde les prestations de mon portefeuille boursier cette année.

Mon rendement global est de plus de 16% par an depuis 2012!

Je me retrouve ainsi avec un capital qui est quasi quadruplée en 9 ans de temps. 

Quand je pense à tous ceux qui se compliquent la vie et paient des frais élevés pour acheter des actions individuelles ou construire un portefeuille boursier compliqué, je ne peux qu’être conforté dans ma stratégie de baser mes investissements sur 2 fonds de placements/ETF bien choisis.

Je n’ai pas grand chose à faire, et ma richesse augmente chaque année.

Pourquoi tant de gens pensent qu’investir en bourse est compliqué ou dangereux?

Vous pouvez creuser davantage ce sujet et devenir vous aussi un investisseur heureux en vous procurant cette formation que je vous offre gratuitement: cliquez ici.

Je ne prévois pas que je changerai beaucoup cette année.

Je ne vois pas pourquoi je changerais une stratégie que j’emploie depuis des dizaines d’années (maintenant plus de 40 ans déjà) maintenant et qui m’a donné un rendement annuel moyen de plus de 10% jusqu’à présent.

Mon objectif à long terme est d’obtenir au moins 8% de rendement, de façon à ce que je puisse vivre facilement de mon portefeuille boursier sans m’inquiéter et sans devoir travailler (si je désire cela).

Je suis donc très satisfait de mes résultats.

Rien que les 9 dernières années, depuis que je partage ouvertement l’exemple de mon portefeuille boursier avec vous, ma fortune a quasi quadruplé, sans rien faire, ou pas grand chose!

Quand je pense qu’il y a en a qui s’obstinent à mettre leur argent sur un carnet d’épargne (donc aucun rendement à cause de l’inflation), dans des banales assurance-vie en Euros qui ne font que couvrir l’inflation mais n’augmentent pas leur patrimoine, ou qui travaillent d’arrache-pied à acheter et à vendre des actions individuelles en essayant ainsi, à grand frais mais sans succès, de battre le marché…

Il y en a qui sont tout fiers aujourd’hui d’obtenir des rendements nettement meilleurs aux miens sur quelques mois, ou sur la dernière année.

Cela n’a évidemment rien de difficile.

Il faut déjà être terriblement manchot pour ne pas doubler la valeur de ses investissements entre mars 2020 et fin décembre 2021.

Je l’ai fait, et tout le monde l’a fait.

Il n’y a aucune fierté à retirer de cela.

Ce qui est significatif par contre, c’est de faire grandir son capital de façon continue pendant plus de 40 ans de suite à raison de plus de 10% par an avec 5 minutes de gestion chaque année, pas de réussir un coup sur quelques mois ou quelques années.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, n’est-ce-pas?

‘Continuez à investir dans votre portefeuille boursier en 2022. C’est la seule façon de préserver votre pouvoir d’achat.’

Malgré les différentes vagues du coronavirus, les investisseurs qui n’ont pas baissé les bras et ont continuer à investir dans leur portefeuille boursier,  ont fait en sorte que pour les placements 2021 restera dans les annales comme une année hors pair.

Vous ne me verrez pas me plaindre.

Après tous les événements que nous avons vécus et que nous vivons encore – la liste est longue –, réjouissons- nous de voir l’année écoulée se solder par un excellent bilan boursier.

Bien sûr, il y a toujours des gagnants et des perdants, mais ici, les premiers l’emportent aisément.

À l’échelle internationale, les places boursières ont dégagé un rendement de 25%.

Les Bourses occidentales se sont particulièrement distinguées.

Wall Street a progressé de 34%, les Bourses de la zone euro de 23%.

Comment expliquer cet écart?

Par, ou plutôt grâce au secteur technologique.

Il s’est à nouveau comporté de manière exceptionnelle (+36%). Un panier d’actions américaines contient en moyenne 30% de valeurs technologiques. En Europe, c’est deux fois moins. Et quand on sait que les valeurs technologiques américaines ont réalisé des performances (+46%) bien meilleures que leurs équivalentes européennes (+30%), on a tout compris.

Les perdants?

On les trouve surtout dans le camp des pays émergents (+3% en moyenne), Chine (-10%) en tête.

Comment l’expliquer?

Par une combinaison de problèmes (géo)politiques, de campagnes de vaccination difficiles et de fuite de capitaux.

Le côté positif de la chose est que cela rend bon marché un investissement dans ces pays. Mais ce n’est pas sans risque.

Gardez la tête froide et continuez à investir

Il existe toujours des opportunités pour votre portefeuille boursier.

Et oui, 2022 sera (à nouveau) plus que probablement une année boursière tourmentée.

Mais c’est justement là que se nichent les opportunités pour les investisseurs patients, à l’horizon de placement suffisamment éloigné.

Fondamentalement, je vois toujours suffisamment de raisons pour rester investi en bourse: d’un point de vue économique, pas de souci, si tout va bien, les chiffres de croissance seront probablement à nouveau positifs.

En fait, le tout est de rester sélectif pour votre portefeuille boursier, même si ce conseil n’a rien de nouveau.

En réalité, il n’y a jamais de répit sur les marchés financiers.

Dès lors, gardez la tête froide et continuez à investir.

Comment avons nous vécu l’année boursière 2021?

Si, malheureusement, 2021 n’est pas l’année qui nous aura permis de nous débarrasser du coronavirus, c’est une année qui a été de pair avec des festivités boursières qui ont attiré beaucoup de monde.

Ah, le coronavirus… Malgré les ravages de son variant delta, puis du variant Omicron, les investisseurs ont fait comme si tout restait sous contrôle.

On a même vu la normalisation de l’économie entamée plus tôt se poursuivre.

Ajoutez à cela les plans de relance aux États-Unis et en Europe, la politique accommodante des banques centrales, les performances des entreprises (qui ont toujours répondu aux attentes des analystes) et le tour est joué.

Les marchés boursiers n’ont cessé de progresser, à quelques exceptions près (les pays émergents).

Mais vers les mois d’été, un autre virus a fait son apparition: l’inflation.

Les marchés boursiers ont accusé le coup car on craignait que cette inflation n’entraîne une réaction brutale des banques centrales (lisez, une hausse des taux d’intérêt). Ce qui aurait vite fait de paralyser la reprise économique naissante.

Mais, rapidement, on s’est rendu compte que ces craintes étaient exagérées.

L’inflation, selon les banquiers centraux, ne serait que ‘temporaire’ car principalement due à des goulets d’étranglement logistiques eux-mêmes dus à la forte reprise de la demande pour certains produits et matières premières.

Résultat, les taux d’intérêt ont reflué et les Bourses sont reparties à la hausse, stimulées par les bons résultats des entreprises.

Au 3e trimestre, nous avons eu l’occasion de voir à quel point le modèle économique du ‘just in time’ (= réduction maximale des stocks) avait atteint ses limites.

Le redémarrage énergique de la demande a fait exploser les prix de l’énergie et d’autres matières premières au moment où le gouvernement chinois avait décidé de réguler plus sévèrement son économie et ses entreprises.

Là, le balancier est reparti dans l’autre sens.

Les marchés boursiers ont chuté en septembre et les taux d’intérêt sont repartis à la hausse.

La vigueur de la reprise économique a de nouveau été remise en question, d’autant qu’au même moment le coronavirus une fois de plus faisait des siennes.

Mais, à nouveau, mon portefeuille boursier a été sauvé par… les excellents résultats des entreprises.

Au bout du compte, le 4e trimestre a terminé l’année avec distinction (+7% en moyenne internationale). Et ce malgré les inquiétudes suscitées par l’émergence d’un nouveau variant du coronavirus particulièrement contagieux, baptisé Omicron et auquel nous sommes confrontés aujourd’hui.

À quoi faut-il faire attention en 2022?

En 2022 encore votre portefeuille boursier ne pourra pas se passer des actions pour obtenir un rendement supérieur à l’inflation.

C’est d’ailleurs nécessaire pour préserver au moins son pouvoir d’achat.

L’an passé l’a montré une fois de plus, il faut conserver ses placements, quelles que soient les circonstances.

Les gagnants sont les investisseurs qui n’ont pas cédé à la panique, qui n’ont pas vendu leurs positions lorsque les places boursières étaient au plus mal.

J’en suis bien conscient, il n’est pas simple en pratique d’adopter et de respecter cette discipline comme je le fais moi-même dans mon portefeuille boursier.

C’est la raison pour laquelle il faut avoir à l’œil son horizon temporel.

Tant que rien ne vous impose de vendre, parce que vous n’avez pas besoin de votre argent à court terme, vous pouvez faite le gros dos en Bourse.

L’an passé la bourse a fort progressé, mais il se peut fort bien que lors d’une prochaine crise elle diminue.

Respectez ce principe: n’investissez en Bourse que de l’argent dont vous êtes sûr que vous n’en aurez pas besoin à court terme.

Si vos placements vous donnent des insomnies, faites l’effort de vérifier si la répartition du risque au sein de votre portefeuille boursier est encore celle qui vous convient le mieux.

Il faut surtout se sentir en accord avec ses placements.

Si ce n’est pas le cas, réduire le risque, quitte à prendre sa perte sur l’une ou l’autre position, est ce qu’il y a de mieux à faire.

Les actions ont-elles encore une place dans un portefeuille boursier?

Absolument.

À long terme, cette classe d’actifs peut afficher de beaux rendements, même si je m’attends à un niveau inférieur à celui des dernières années.

Il faut garder en tête le niveau de risque que l’on accepte de prendre.

Par exemple, personne ne peut conseiller à un ‘bon père de famille’ de prendre de très gros risques dans ses placements.

Je ne peux donc que répéter la règle d’or, pierre angulaire des meilleures stratégies: ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier.

Ayez un portefeuille boursier diversifié en achetant des fonds de placements (ETF), jamais d’actions individuelles.

L’exemple de mon portefeuille boursier

Note préliminaire

Je n’ai pas envie de dévoiler ma fortune réelle sur internet.

Par contre, mon portefeuille boursier tel que je présente est effectivement mon portefeuille réel.

Quand j’ai commencé à le publier en 2012, je l’ai simplement rapporté à 100.000€, de façon à ce que chacun puisse le suivre avec ses propres moyens.

Il suffit de diviser ou de multiplier les 100k par un chiffre qui va faire correspondre cette donnée à votre propre situation.

Par exemple si vous avez 50.000€ en portefeuille, vous divisez mes chiffres par 2. Si vous avez 500k, vous multipliez par 5.

Dans mon cas le multiplicateur de mon portefeuille boursier réel est beaucoup plus important bien sûr.

Actions américaines via SP 500: +40%

L’indice SP 500 a toujours été, et est en 2021 resté, le coeur de mon portefeuille boursier.

Comme je vous l’avais conseillé en mars 2020, j’ai évidemment moi aussi profité de la baisse exceptionnelle de l’indice pour en acheter d’avantage et renforcer encore cette position dans mon portefeuille boursier.

L’indice a progressé en 2021 de 40% en Euros, dividendes réinvestis.

Cependant, à l’avenir, j’estime que la consommation des ménages, moteur de la croissance américaine et pour l’heure moteur solide, ne devrait plus faire des étincelles compte tenu de son niveau actuel.

Côté entreprises, les investissements seront probablement moins dynamiques.

L’activité économique continuera à décélérer, mais sans dégénérer en récession.

Le billet vert a gagné près de 8% par rapport à l’euro en 2021. La principale raison pour laquelle le dollar s’est si bien comporté par rapport à l’euro est en partie due à son caractère de valeur refuge traditionnelle, mais il fallait compter aussi avec le changement de discours de la Federal Reserve, la banque centrale américaine, pour laquelle le taux d’inflation élevé aux États-Unis (6,8 %) a perdu son caractère temporaire.

Très rapidement la Federal Reserve a changé son fusil d’épaule et revu à la baisse ses programmes d’achat d’obligations, ouvrant ainsi la voie à des hausses de taux en 2022.

Mon Avis. Une fois encore Wall Street a fait mieux que les marchés boursiers de la zone euro.

Les capitaux continuent d’affluer aux États-Unis, si bien que la valorisation des actions américaines est élevée lorsqu’on compare avec nos marchés boursiers et ceux des pays émergents.

Le marché boursier tient cependant compte de l’évolution attendue de l’économie américaine.

Actions mondiales: +32%

Le bon résultat des fonds d’actions internationales dans mon portefeuille boursier est la résultante logique de tous les bons indicateurs boursiers en 2021.

Les fonds d’actions internationales permettent de se constituer en une fois un vaste portefeuille boursier diversifié.

J’ai choisi il y a plusieurs années déjà le fonds d’actions internationales Amundi ETF MSCI World UCITS ETF EUR.

Je n’ai jamais regretté mon choix car le processus de gestion a fait ses preuves et les frais de gestion sont raisonnables (0,38%).

Ce n’est pas une garantie pour l’avenir, mais il vaut mieux faire confiance à ceux qui ont déjà fait leurs preuves.

C’est aussi un mérite en soi.

Mon conseil

Je reçois de très nombreux courriers avec beaucoup de questions sur la constitution de mon portefeuille boursier.

Je vous explique complètement ce qu’il faut faire dans ma nouvelle formation Comment constituer votre portefeuille boursier:

https://lucbrialy.podia.com/comment-se-constituer-un-portefeuille-boursier

Vous avez à constituer votre portefeuille boursier en fonction de facteurs tels que votre âge, vos objectifs de placement, votre situation maritale, vos objectifs de succession, votre résistance au risque, etc. 

Vous devez donc adapter l’exemple de mon portefeuille boursier en fonction de votre situation et vos préférences individuelles.

Placer son argent de cette façon est extrêmement simple et productif.

Ma situation n’est en effet pas nécessairement la vôtre.

Je suis en phase de consommation de ma richesse, et vous pouvez être en phase de constitution de richesse.

C’est très différent!

Donc, à mon âge et ma fortune faite, je me contente effectivement de moins de rendement en échange de revenus plus stables.

Si vous êtes plus jeune, vous n’avez pas à chercher des revenus pour le moment, mais de l’accroissement de votre patrimoine.

Vous ne pouvez donc pas dans tous les cas comparer mon portefeuille boursier au vôtre.

Tout dépend de votre propre situation:

Mon portefeuille boursier est super-diversifié (environ 2.000 actions sont représentées par 2 ETF), ultra-bon marché (maximum 0,38% de frais, pas de frais d’entrée ni de sortie), et correspond (évidemment) parfaitement à mes objectifs d’aujourd’hui, et me donne, à quelques arrondis:

• 10% de cash
• 79% d’américaines
• 2% europe
• 9% reste du monde

Cela me convient parfaitement, mais vous avez à constituer votre propre mix.

C’est pour cela que j’ai créé ma formation Comment constituer votre portefeuille boursier.

TABLEAU RÉCAPITULATIF DE MON PORTEFEUILLE BOURSIER

mon portefeuille boursier 2021
Comment constituer votre portefeuille boursier

 Comment constituer votre

portefeuille boursier

La formation pour débutants que vous devez ABSOLUMENT suivre si vous ne savez pas par où commencer pour faire fructifier votre épargne.

Comment investir en bourse en 2022?

Investir est le moyen par excellence pour faire fructifier votre argent à long terme. Mais comment investir en bourse? Ce dossier va vous aider.

Vos commentaires

Seront refusés les commentaires anonymes, insultants, contenant du spam, de fausses adresses email, des liens vers des sites commerciaux ou n’ayant rien à voir avec le sujet. Restez poli et lisez l’article dans sa totalité avant de vous lancer dans des critiques qui le plus souvent sont rencontrées un peu loin.

 

 

7 Commentaires

  1. Bonjour,
    Sur vos conseils, j’ai aujourd’hui investi 40 % de mon patrimoine en Amundi ETF PEA S&P500 (FR0013412285). Je me pose aujourd’hui la question de que faire avec les 60 % restants : continuer de faire fructifier dans la bourse (ce qui me paraît risqué compte-tenu des aléas et éventualités de devissage ou crack) ou au contraire investir dans l’immobilier et louer (ce qui nécessite du temps pour gérer, entretenir et suivre les relations avec les locataires). Que me conseilleriez-vous : bourse ou immobilier ? Je vous remercie infiniment de votre attention et de vos bons conseils avisés.

    Réponse
    • Bonjour Frédéric,
      L’argent que vous avez épargné doit être intégralement investi en Bourse.
      Investir dans l’immobilier locatif ne se fait JAMAIS avec son propre capital, mais avec l’argent des banques, via les loyers des locataires.
      Vous vous mélangez un peu les pinceaux dans votre alternative, qui n’en n’est en réalité pas une.
      Si vous êtes sérieux dans votre démarche, vous devriez vraiment investir dans mes formations Devenir Riche. Mode d’Emploi. et Immobilier. Mode d’Emploi.
      Les articles du site sont une bonne introduction aux concepts, mais ne sont pas suffisants.
      Bon succès.
      Luc

      Réponse
  2. Bonjour,
    Que pensez vous de Lyxor en MSCI WORLD? Est-il moins bien placé que son confrère Amundi?
    Au plaisir de vous lire.

    Réponse
    • Lyxor (FR0010315770) est un excellent fonds, mais il est plus cher en frais de gestion (0,30%) et non éligible au PEA, ce qui le disqualifie dans beaucoup de cas, particulièrement en France. En outre il est distribuant.
      Vous trouverez un article complet sur les fonds d’actions internationales ici: https://www.lucbrialy.com/fonds-dactions-internationales.html

      Réponse
  3. Je vous remercie pour votre blog que je viens de découvrir.
    Pour faire simple, j’ai 30 ans et médecin (aucune formation en économie), je veux investir de l’argent sur du long terme (30ans).
    L’assurance vie et compagnie (livret, contrat madelin…) ne me parait pas forcément idéal après un peu de documentation.
    J’ai notamment lu le livre de Mr Bogle que vous devez connaitre…
    J’ai été convaincu d’investir dans les fonds indiciels par capitalisation. J’envisage un fond S&P 500 et un fond mondial pour commencer.
    Malheureusement, mon niveau d’expertise s’arrête là, d’où mes questions:
    1. Comment choisir le fonds le plus approprié (aptitude du fonds à reproduire l’indice, les frais le plus bas, l’encours du fonds et le gestionnaire de qualités) n’y connaissant rien?
    (j’ai regardé le site morningstar mais ça devient vite compliqué pour un non initié)
    2. Connaissez vous une société de qualité dans ce domaine, par qui passer pour l’achat de ses fonds ? (pour éviter que ma banque me propose ses fonds…)

    Réponse
    • Bonjour,
      C’est bien de réfléchir à comment faire, cela prouve que vous êtes sur la bonne voie!
      Je pense que vous êtes sur le bon chemin.
      Il faut d’abord se constituer et garder une épargne correspondant à un an de vos dépenses pour les coups durs. Cela ne rapporte rien, mais vous dormirez tranquille ainsi.
      Vous me dites que vous avez 30 ans et que votre horizon de placement est de l’orde de 30 ans. Votre plan de vie pourrait donc avoir un objectif de vivre de vos revenus passifs vers vos 60 ans.
      C’est encore largement avant l’âge légal de la retraite!
      Vous devez donc réaliser tous vos investissements en fonction de cet objectif et de ce terme. Lisez donc à ce sujet cet article: https://www.lucbrialy.com/investir-quand-on-a-30-ans-ou-un-peu-plus.html
      Je me rends compte que cela fait très commercial, mais la réponse à vos 2 questions se trouve exactement dans les leçons 27 et 28 de ma formation Devenir Riche. Mode d’Emploi.
      Je vous y enseigne, pas à pas, dans un français simple et compréhensible, quel fonds choisir et dans quelle banque, et comment faire cela avec le moins de frais, et surtout avec le moins de taxes possible.
      Vous inscrire à cette formation est un petit investissement en temps et en argent, mais qui vous rapportera beaucoup.
      Cordialement.
      Luc Brialy

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORMATION GRATUITE

Vos 10 questions les plus fréquentes sur la retraite

Les retraités en difficulté sont généralement ceux qui ont trop compté sur l’État Providence et n’ont pas préparé leur retraite à temps.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Gagner de l'argent en faisant ce qu'on aime

Suivez cette formation GRATUITE pour apprendre comment créer votre propre travail et ne plus avoir envie de vous suicider chaque lundi matin.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

En 7 jours vers la PRODUCTIVITÉ ULTIME

Trop de travail et pas assez de temps?
Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Devenir Riche.
Vous aussi.

Recevez ma FORMATION GRATUITE et apprenez comment vous aussi pouvez atteindre
l’indépendance financière.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Immobilier.
Bien débuter.

Cette formation GRATUITE vous apprendra comment bien débuter dans l’investissement immobilier.
C'EST ICI  >
close-link

NOUVEAU
Vos placements en 2022 
Quelle est la meilleure stratégie
de placement pour 2021? 
close-image