L’exemple de mon portefeuille boursier en 2023

Mon portefeuille boursier

Mise à jour de janvier 2023.

Prochaine mise à jour fin janvier 2024.

Le rendement annuel global de mon portefeuille boursier est de 12,90% par an depuis 2012, malgré la crise du coronavirus et la guerre en Ukraine.

Je me retrouve ainsi avec un capital qui a (bien) plus que triplé en 10 ans de temps.

Malgré la sévère crise de l’inflation, mon portefeuille boursier n’a perdu globalement que 13% en 2022.

C’est rien du tout sur le long terme, une petite péripétie en cours de route.

Je ne peux donc qu’afficher un visage souriant lorsque je regarde les prestations de mon portefeuille boursier cette année encore.

TABLEAU RÉCAPITULATIF DE MON PORTEFEUILLE BOURSIER

portefeuille boursier 2023

Quand je pense à tous ceux qui se compliquent la vie et paient des frais élevés pour acheter des actions individuelles ou construire un portefeuille boursier compliqué, je ne peux qu’être conforté dans ma stratégie de baser mes investissements sur 2 fonds de placements/ETF bien choisis.

Je n’ai jamais eu grand chose à faire pour que ma richesse se multiplie sans problème.

Pourquoi tant de gens pensent qu’investir en bourse est compliqué ou dangereux?

Vous pouvez creuser davantage ce sujet et devenir vous aussi un investisseur heureux en vous procurant cette formation que je vous offre gratuitement: cliquez ici.

Je ne prévois pas que je changerai beaucoup cette nouvelle année.

Je ne vois pas pourquoi je changerais une stratégie que j’emploie depuis des dizaines d’années (maintenant plus de 40 ans déjà) maintenant et qui m’a donné un rendement annuel moyen de plus de 10% jusqu’à présent, malgré quelques crises de temps en temps.

Mon objectif à long terme est d’obtenir au moins 8% de rendement, de façon à ce que je puisse vivre facilement de mon portefeuille boursier sans m’inquiéter et sans devoir travailler (si je désire cela).

Je suis donc très satisfait de mes résultats.

Rien que les 10 dernières années, depuis que je partage ouvertement l’exemple de mon portefeuille boursier avec vous, ma fortune a beaucoup plus que triplée, sans rien faire, ou pas grand chose!

Quand je pense qu’il y a en a qui s’obstinent à mettre leur argent sur un carnet d’épargne (donc de la perte en continu à cause de l’inflation), dans des banales assurance-vie en Euros qui ne couvrent plus non plus l’inflation, ou s’obstinent à acheter et à vendre des actions individuelles en essayant ainsi, à grand frais mais sans succès, de battre le marché…

Il y en a qui sont tout fiers d’avoir parfois obtenu des rendements nettement meilleurs aux miens sur quelques mois, ou même sur une année.

Cela n’a évidemment rien de difficile.

Il faut par exemple déjà être terriblement manchot pour ne pas avoir doublé la valeur de ses investissements entre mars 2020 et fin décembre 2021.

Je l’ai fait, et tout le monde l’a fait.

Il n’y a aucune fierté à retirer de cela.

Ce qui est réellement significatif, c’est de faire grandir son capital de façon continue pendant plus de 40 ans de suite à raison de plus de 10% par an avec 5 minutes de gestion chaque année.

Pas de réussir un coup sur quelques mois ou quelques années.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, n’est-ce-pas?

‘Continuez à investir dans votre portefeuille boursier en 2023. C’est la seule façon de préserver votre pouvoir d’achat.’

Malgré les différentes vagues du coronavirus, les mauvaises nouvelles d’Ukraine et la hausse de l’inflation, les investisseurs qui n’ont pas baissé les bras et ont continuer à investir dans leur portefeuille boursier, ont profité des cours bas pour agrandir leur portefeuille boursier.

Ces sont eux qui seront les gagnants à la sortie de la crise.

Actions: pensez au long terme

L’an dernier, les marchés ont rappelé aux investisseurs que les actions peuvent aussi baisser.

C’est en raison de ce risque que je vous conseille toujours de n’investir en actions que de l’argent dont vous pourrez vous passer pendant de nombreuses années.

Les nuages noirs qui recouvrent les marchés boursiers sont loin de s’être dissipés.

Comment va évoluer le conflit entre la Russie et l’Ukraine? Comment les prix de l’énergie vont-ils évoluer? Quelle sera l’ampleur de la récession dans la zone euro? La Chine se dirige-t-elle vers un scénario de catastrophe pandémique?

Ne paniquez pas

Si je m’attends à ce que cette année les actions continuent à suivre une trajectoire chaotique, on entrevoit peut-être la lumière au bout du tunnel.

Aux États-Unis, la consommation intérieure a repris et les investissements dans les entreprises restent élevés.

Dans la zone euro, les autorités ont mis en place des mesures de soutien pour réduire les factures d’énergie.

Partout, nous constatons que l’inflation diminue.

Après leur récentes baisses, les actions sont redevenues plus intéressantes.

Gardez la tête froide et continuez à investir

Il existe toujours des opportunités pour votre portefeuille boursier.

Et oui, nous nous dirigeons (à nouveau) plus que probablement une année boursière tourmentée.

Mais c’est justement là que se nichent les opportunités pour les investisseurs patients, à l’horizon de placement suffisamment éloigné.

Fondamentalement, je vois toujours suffisamment de raisons pour rester investi en bourse: d’un point de vue économique, pas de souci, si tout va bien, les chiffres de croissance seront probablement à nouveau positifs.

En fait, le tout est de rester sélectif pour votre portefeuille boursier, même si ce conseil n’a rien de nouveau.

En réalité, il n’y a jamais de répit sur les marchés financiers.

Dès lors, gardez la tête froide et continuez à investir.

Continuez à vous diversifier

L’an dernier, nous avons assisté à la perte de vitesse de la technologie (-10,8 %) et à la montée en puissance des secteurs défensifs comme la santé (+5,6 %) et les entreprises d’utilité publique (+4,3 %).

Nous avons aussi vu de nombreux pays émergents (+0,5 %) reprendre le flambeau boursier aux pays occidentaux (-12,6 %).

Je m’attends à voir cette tendance se renforcer à l’avenir.

Comment avons nous vécu l’année boursière 2022?

Si nous estimons que le rendement d’un portefeuille doit se concevoir sur le long terme (minimum 10 à 20 ans), il n’empêche que 2022 a fait mal.

L’année dernière en effet, le tandem actions-obligations n’a pas fonctionné comme il devait.

Les fonds de placement à revenu fixe n’ont pas joué leur rôle d’amortisseur comme cela doit être le cas lorsque les places boursières dérapent.

Au contraire même, de nombreuses obligations ont perdu davantage de terrain que les actions.

La cause en est le relèvement accéléré des taux d’intérêt par les banques centrales pour combattre l’inflation.

Avec pour résultat que les ‘anciennes’ obligations logées dans les portefeuilles des fonds ont perdu de leur valeur vu qu’elles offraient des coupons moins élevés que les émissions nouvelles.

Oublions 2022

85 % des fonds ont perdu du terrain l’an dernier.

Tout a baissé, les fonds d’actions comme les fonds d’obligations.

En moyenne, les actions ont perdu 13% au niveau mondial.

Nous avons déjà connu de telles contre-performances.

Par contre, pour le marché obligataire, c’est du jamais vu.

Globalement, il a perdu 11%.

Mais pour les emprunts d’État en euro, c’est encore pire: -19 %.

Pour les emprunts d’Etat en dollar (-7%), si c’est moins grave, le mérite en revient au dollar lui-même, en hausse de 6,6 % par rapport à l’euro.

Les États-Unis et l’Europe souffrent d’un ralentissement de l’activité économique et il ne faut pas s’attendre à un redressement rapide, surtout au 1 er semestre.

Il en est de même pour la Chine où, pour la première fois en quarante ans, la croissance devrait être égale, voire juste inférieure à la moyenne mondiale.

La cause en est la sévérité des mesures prises par les autorités pour contrer la pandémie, même si elles ont été assouplies, pour donner à l’économie un peu de répit.

2023 sera-t-elle meilleure?

Ne soyons pas naïfs.

En tant qu’investisseur, on peut espérer que 2023 sera plus positive que l’année écoulée, mais le fait est que les problèmes de 2022 sont toujours présents, qu’il s’agisse de la guerre en Ukraine ou de la forte hausse de l’inflation qui a provoqué la réaction des banques centrales sous la forme de hausses des taux d’intérêt.

Le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit d’ailleurs une année 2023 difficile sur le plan économique.

Pensons positivement

Le ciel pourra peut-être s’éclaircir sur les marchés financiers au second semestre.

L’inflation se rapproche de son pic et si hausse des taux d’intérêt il y a encore par les banques centrales, ce sera moins radicalement que l’année dernière.

Ceci dit, il faut admettre que 2022 nous a laissé en héritage deux facteurs positifs :

– les actions sont devenues moins chères pour peu que l’on se fonde sur les ratios que sont les bénéfices attendus et les valeurs comptables ;

– les obligations constituent à nouveau une alternative viable en raison de la hausse des taux d’intérêt.

Je pense donc que pour les investisseurs 2023 pourrait être une meilleure année que 2022, mais sans précipitation.

Vous avez des liquidités à investir?

Si c’est oui, vous avez largement le temps de le faire progressivement.

L’an passé l’a montré une fois de plus, il faut conserver ses placements, quelles que soient les circonstances.

Les gagnants sont les investisseurs qui n’ont pas cédé à la panique, qui n’ont pas vendu leurs positions lorsque les places boursières étaient au plus mal.

J’en suis bien conscient, il n’est pas simple en pratique d’adopter et de respecter cette discipline comme je le fais moi-même dans mon portefeuille boursier.

C’est la raison pour laquelle il faut avoir à l’œil son horizon temporel.

Tant que rien ne vous impose de vendre, parce que vous n’avez pas besoin de votre argent à court terme, vous pouvez faite le gros dos en Bourse.

Respectez ce principe: n’investissez en Bourse que de l’argent dont vous êtes sûr que vous n’en aurez pas besoin à court terme.

Si vos placements vous donnent des insomnies, faites l’effort de vérifier si la répartition du risque au sein de votre portefeuille boursier est encore celle qui vous convient le mieux.

Il faut surtout se sentir en accord avec ses placements.

Si ce n’est pas le cas, réduire le risque, quitte à prendre sa perte sur l’une ou l’autre position, est ce qu’il y a de mieux à faire.

Les actions ont-elles encore une place dans un portefeuille boursier?

Absolument.

À long terme, cette classe d’actifs peut afficher de beaux rendements, même si pour le moment les rendements sont à un niveau inférieur à celui d’avant 2022.

Il faut garder en tête le niveau de risque que l’on accepte de prendre.

Par exemple, personne ne peut conseiller à un ‘bon père de famille’ de prendre de très gros risques dans ses placements.

Je ne peux donc que répéter la règle d’or, pierre angulaire des meilleures stratégies: ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier.

Ayez un portefeuille boursier diversifié en achetant des fonds de placements (ETF), jamais d’actions individuelles.

L’exemple de mon portefeuille boursier

Note préliminaire

Je n’ai pas envie de dévoiler ma fortune réelle sur internet.

Par contre, mon portefeuille boursier tel que je présente est effectivement mon portefeuille réel.

Quand j’ai commencé à le publier en 2012, je l’ai simplement rapporté à 100.000€, de façon à ce que chacun puisse le suivre avec ses propres moyens.

Il suffit de diviser ou de multiplier les 100k par un chiffre qui va faire correspondre cette donnée à votre propre situation.

Par exemple si vous avez 50.000€ en portefeuille, vous divisez mes chiffres par 2. Si vous avez 500k, vous multipliez par 5.

Dans mon cas le multiplicateur de mon portefeuille boursier réel est beaucoup plus important bien sûr.

-Actions américaines via le S&P 500: -15% en 2022

L’indice SP 500 a toujours été, et est en 2022 resté, le coeur de mon portefeuille boursier.

Comme je vous l’avais déjà conseillé en mars 2020, j’ai évidemment moi aussi profité de la baisse exceptionnelle de l’indice pour en acheter d’avantage et renforcer encore cette position dans mon portefeuille boursier.

L’indice a diminué en 2022 de 15% en Euros, dividendes réinvestis.

Je suis assez optimiste pour l’économie américaine où le scénario idéal d’un atterrissage en douceur en 2023 est encore possible, malgré la hausse des taux d’intérêt et la détérioration de la situation sur le marché du logement. 

Les États-Unis sont beaucoup moins touchés que l’Europe par la flambée des prix de l’énergie.

Je table donc sur une croissance économique de 0,5% en 2023 et de 1,7% en 2024.

Et le dollar?

Le billet vert a perdu du terrain ces derniers temps après que la banque centrale américaine a annoncé qu’elle serait plus lente à relever ses taux d’intérêt. 

Pour les mois à venir, je pense que l’euro pourrait se redresser par rapport à un dollar indubitablement cher.

Mais ce redressement devrait être limité.

Le fait que les perspectives économiques soient moins bonnes dans la zone euro ne plaide pas en faveur d’un redressement plus fort.

Bourse: un must

Aux États-Unis, il y a un potentiel de hausse pour les actions que, d’ailleurs, je trouve globalement peu chères (même si les cours valent environ 18 fois les bénéfices par action attendus). 

Certes, le risque de récession demeure, mais le marché en tient compte dans une certaine mesure.

Ne vous attendez donc pas à une hausse continue de la Bourse américaine.

Wall Street vivra sous l’influence des indicateurs économiques, de la communication de la banque centrale sur les taux d’intérêt et des bénéfices des entreprises. 

-Actions mondiales: -14% en 2022

 Les fonds d’actions internationales permettent de se constituer en une fois un vaste portefeuille boursier diversifié.

J’ai choisi il y a plusieurs années déjà le fonds d’actions internationales Amundi ETF MSCI World UCITS ETF EUR.

Je n’ai jamais regretté mon choix car le processus de gestion a fait ses preuves et les frais de gestion sont raisonnables (0,38%).

Ce n’est pas une garantie pour l’avenir, mais il vaut mieux faire confiance à ceux qui ont déjà fait leurs preuves.

C’est aussi un mérite en soi.

Mon conseil

Je reçois de très nombreux courriers avec beaucoup de questions sur la constitution de mon portefeuille boursier.

Je vous explique complètement ce qu’il faut faire dans ma nouvelle formation Comment constituer votre portefeuille boursier:

https://lucbrialy.podia.com/comment-se-constituer-un-portefeuille-boursier

Vous avez à constituer votre portefeuille boursier en fonction de facteurs tels que votre âge, vos objectifs de placement, votre situation maritale, vos objectifs de succession, votre résistance au risque, etc. 

Vous devez donc adapter l’exemple de mon portefeuille boursier en fonction de votre situation et vos préférences individuelles.

Placer son argent de cette façon est extrêmement simple et productif.

Ma situation n’est en effet pas nécessairement la vôtre.

Je suis en phase de consommation de ma richesse, et vous pouvez être en phase de constitution de richesse.

C’est très différent!

Donc, à mon âge et ma fortune faite, je me contente effectivement de moins de rendement en échange de revenus plus stables.

Si vous êtes plus jeune, vous n’avez pas à chercher des revenus pour le moment, mais de l’accroissement de votre patrimoine.

Vous ne pouvez donc pas dans tous les cas comparer mon portefeuille boursier au vôtre.

Tout dépend de votre propre situation:

Mon portefeuille boursier est super-diversifié (environ 2.000 actions sont représentées par 2 ETF), ultra-bon marché (maximum 0,38% de frais, pas de frais d’entrée ni de sortie), et correspond (évidemment) parfaitement à mes objectifs d’aujourd’hui, et me donne, à quelques arrondis:

• 10% de cash
• 79% d’américaines
• 2% europe
• 9% reste du monde

Cela me convient parfaitement, mais vous avez à constituer votre propre mix.

C’est pour cela que j’ai créé ma formation Comment constituer votre portefeuille boursier.

Comment constituer votre portefeuille boursier

 

Comment constituer votre

portefeuille boursier

 

La formation pour débutants que vous devez ABSOLUMENT suivre si vous ne savez pas par où commencer pour faire fructifier votre épargne.

Vos commentaires

Seront refusés les commentaires anonymes, insultants, contenant du spam, de fausses adresses email, des liens vers des sites commerciaux ou n’ayant rien à voir avec le sujet. Restez poli et lisez l’article dans sa totalité avant de vous lancer dans des critiques qui le plus souvent sont rencontrées un peu loin.

 

 

10 Commentaires

  1. Bonsoir, tout est très intéressant et j’aurai aimé tous ces conseils et stratégie à mes 30 ans, il y a 45 ans de cela. Et aujourd’hui tous les conseils concernent la préparation à la retraite mais pour des retraités nous ne trouvons aucun conseils.
    Auriez vous quelque chose pour une transmission de patrimoine par exemple sans trop charger mes 2 enfants en Impôts? Merci d’avance
    Michel

    Réponse
  2. Bonjour Luc,
    J’ai une question qui est surement idiote mais qui me turlupine et dont j’ai besoin d’avoir la réponse.
    J’ai 28 ans, j’ai constituer mon fond d’urgence, j’ai commencé à investir des sommes modestes sur mon pea via un Etf sp500 régulierement comme vous nous l’expliquez.
    Cependant, je me demandais, une fois notre horizon d’investissement atteint, 20,25,30 ans, quand et comment faut-il vendre ses actions pour recuperer son investissement ? Par exemple si au bout de 30 ans, le cours du sp500 est negatif, faut il attendre pour vendre ses actions ? Quel est le cour idéal pour vendre ses actions après 30 d’investissements ?
    Très sincerement,
    Maxime

    Réponse
    • Bonjour Maxime,
      Je vous suggère de ne pas réfléchir en termes d’années ou de fluctuation des cours, mais plutôt en termes d’objectif à atteindre, suivant vos besoins.
      Par exemple: je monétise lorsque j’aurai 500K ou un million sur mon PEA, ou je monétise lorsque je pourrai retirer 50K par an de mon CTO, sans diminuer mon capital.
      Si vous voulez vraiment creuser le sujet à fond: https://lucbrialy.podia.com/preparez-votre-retraite-des-aujourd-hui
      Bon succès.
      Luc

      Réponse
  3. Bonjour,
    Sur vos conseils, j’ai aujourd’hui investi 40 % de mon patrimoine en Amundi ETF PEA S&P500 (FR0013412285). Je me pose aujourd’hui la question de que faire avec les 60 % restants : continuer de faire fructifier dans la bourse (ce qui me paraît risqué compte-tenu des aléas et éventualités de devissage ou crack) ou au contraire investir dans l’immobilier et louer (ce qui nécessite du temps pour gérer, entretenir et suivre les relations avec les locataires). Que me conseilleriez-vous : bourse ou immobilier ? Je vous remercie infiniment de votre attention et de vos bons conseils avisés.

    Réponse
    • Bonjour Frédéric,
      L’argent que vous avez épargné doit être intégralement investi en Bourse.
      Investir dans l’immobilier locatif ne se fait JAMAIS avec son propre capital, mais avec l’argent des banques, via les loyers des locataires.
      Vous vous mélangez un peu les pinceaux dans votre alternative, qui n’en n’est en réalité pas une.
      Si vous êtes sérieux dans votre démarche, vous devriez vraiment investir dans mes formations Devenir Riche. Mode d’Emploi. et Immobilier. Mode d’Emploi.
      Les articles du site sont une bonne introduction aux concepts, mais ne sont pas suffisants.
      Bon succès.
      Luc

      Réponse
  4. Bonjour,
    Que pensez vous de Lyxor en MSCI WORLD? Est-il moins bien placé que son confrère Amundi?
    Au plaisir de vous lire.

    Réponse
    • Lyxor (FR0010315770) est un excellent fonds, mais il est plus cher en frais de gestion (0,30%) et non éligible au PEA, ce qui le disqualifie dans beaucoup de cas, particulièrement en France. En outre il est distribuant.
      Vous trouverez un article complet sur les fonds d’actions internationales ici: https://www.lucbrialy.com/fonds-dactions-internationales.html

      Réponse
  5. Je vous remercie pour votre blog que je viens de découvrir.
    Pour faire simple, j’ai 30 ans et médecin (aucune formation en économie), je veux investir de l’argent sur du long terme (30ans).
    L’assurance vie et compagnie (livret, contrat madelin…) ne me parait pas forcément idéal après un peu de documentation.
    J’ai notamment lu le livre de Mr Bogle que vous devez connaitre…
    J’ai été convaincu d’investir dans les fonds indiciels par capitalisation. J’envisage un fond S&P 500 et un fond mondial pour commencer.
    Malheureusement, mon niveau d’expertise s’arrête là, d’où mes questions:
    1. Comment choisir le fonds le plus approprié (aptitude du fonds à reproduire l’indice, les frais le plus bas, l’encours du fonds et le gestionnaire de qualités) n’y connaissant rien?
    (j’ai regardé le site morningstar mais ça devient vite compliqué pour un non initié)
    2. Connaissez vous une société de qualité dans ce domaine, par qui passer pour l’achat de ses fonds ? (pour éviter que ma banque me propose ses fonds…)

    Réponse
    • Bonjour,
      C’est bien de réfléchir à comment faire, cela prouve que vous êtes sur la bonne voie!
      Je pense que vous êtes sur le bon chemin.
      Il faut d’abord se constituer et garder une épargne correspondant à un an de vos dépenses pour les coups durs. Cela ne rapporte rien, mais vous dormirez tranquille ainsi.
      Vous me dites que vous avez 30 ans et que votre horizon de placement est de l’orde de 30 ans. Votre plan de vie pourrait donc avoir un objectif de vivre de vos revenus passifs vers vos 60 ans.
      C’est encore largement avant l’âge légal de la retraite!
      Vous devez donc réaliser tous vos investissements en fonction de cet objectif et de ce terme. Lisez donc à ce sujet cet article: https://www.lucbrialy.com/investir-quand-on-a-30-ans-ou-un-peu-plus.html
      Je me rends compte que cela fait très commercial, mais la réponse à vos 2 questions se trouve exactement dans les leçons 27 et 28 de ma formation Devenir Riche. Mode d’Emploi.
      Je vous y enseigne, pas à pas, dans un français simple et compréhensible, quel fonds choisir et dans quelle banque, et comment faire cela avec le moins de frais, et surtout avec le moins de taxes possible.
      Vous inscrire à cette formation est un petit investissement en temps et en argent, mais qui vous rapportera beaucoup.
      Cordialement.
      Luc Brialy

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORMATION GRATUITE

Vos 10 questions les plus fréquentes sur la retraite

Les retraités en difficulté sont généralement ceux qui ont trop compté sur l’État Providence et n’ont pas préparé leur retraite à temps.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Gagner de l'argent en faisant ce qu'on aime

Suivez cette formation GRATUITE pour apprendre comment créer votre propre travail et ne plus avoir envie de vous suicider chaque lundi matin.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

En 7 jours vers la PRODUCTIVITÉ ULTIME

Trop de travail et pas assez de temps?
Inscrivez-vous à ma formation GRATUITE.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Devenir Riche.
Vous aussi.

Recevez ma FORMATION GRATUITE et apprenez comment vous aussi pouvez atteindre
l’indépendance financière.
C'EST ICI  >
close-link
FORMATION GRATUITE

Immobilier.
Bien débuter.

Cette formation GRATUITE vous apprendra comment bien débuter dans l’investissement immobilier.
C'EST ICI  >
close-link
JE VOUS OFFRE
GRATUITEMENT
MON BEST SELLER AMAZON
N°1 en Bourse & Finance (Boutique Kindle)
C'EST ICI >
close-image
Aller au contenu principal